+243 859 360 592 info@deboutrdc.net
mercredi, janvier 27, 2021
Politique

BUKAVU : Le 30 avril,  journée nationale de sacrifice des enseignants (Jacques Cirimwami)

6views

Le 30 Avril de chaque année, une journée nationale de l’enseignement ratée, les enseignants du Sud-Kivu fêtent dans une grande consternassions et sacrifice dans cette période de confinement.  Malheureusement et exceptionnellement aucune manifestation n’aura lieu à cause des restrictions imposées par la lutte contre le Covid-19. Pour le gouvernement, elle sera fêtée dans la méditation. Mais quant aux enseignants elle se fête dans le sacrifice général. Une journée jamais vécue dans le monde de l’enseignement ou les enfants sont confinés chez eux et les enseignants également sont confinés. Malgré l’attention accordée au Covid-19, les chevaliers de la craie haussent le ton en réclamant la prise en compte de leurs revendications pour leur permettre de tenir pendant cette période de la pandémie.

Alors que le gouvernement national focalise toute son attention dans le projet d’urgence qui est le Covid-19, les enseignants lancent un SOS pour interpeler la conscience des dirigeants au niveau national afin de prendre en compte leurs revendications. Pendant un certain temps, la question de paiement des NU tel que convenu et NP omis n’est plus une priorité de l’Etat. Dans leur plan stratégique, le gouvernement oriente toute son attention vers le projet d’urgence capable de faire face au Covid-19.

‘’ Ce qui fait l’ambiance de cette journée c’est cette retrouvaille entre enseignants eux-mêmes et leurs élèves. Lorsque les enseignants sont avec les élèves ça donne l’image, l’ampleur et de la valeur à la lumière de la fête. Ce qui fait mal, nous fêtons cette journée dans une période de sacrifice qu’on a imposé aux enseignants. Vous vous rappellerez que dans le temps, les enseignements étaient pris en charge par les parents en grande partie. Mais nous tous parents, élèves, enseignants avons loué l’initiative prise par le nouveau gouvernement. Les autorités avaient demandé aux enseignants de se sacrifier jusqu’au mois d’Avril 2020 afin qu’on puisse être à la hauteur de la gratuité prônée par le chef de l’Etat,’’ s’indigne Jacques Cirimwami président du SYNECAT

Le gouvernement provincial au travers la communication de la ministre provinciale de l’éducation, madame Géneviève Mizumbi loue l’effort du Président de la République qui grâce à lui l’année scolaire 2019-2020, a été le début de la gratuité de l’enseignement de base.

‘’ Cette année a été celle de la prise en charge par le trésor public des enseignements du primaire, des NP du secondaire et des bureaux Gestionnaires, de la majoration des frais de fonctionnement au niveau du primaire et aux bureaux gestionnaires avec espoir dans les jours à venir du payement des enseignants NU car déjà identifiés,’’ propos de la ministre provinciale de L’Education Geneviève Mizumbi.

Les enseignants décrient les sacrifices prolongés qu’ils endurent et demande aux autorités d’être plus responsables et humaines.

’Nous passons une longue durée de sacrifices, nous célébrons cette journée pendant une période de promesses non réalisée. Retenez qu’on nous avait dit qu’on est en train de mobiliser des fonds pour payer les NU en Avril. Mais aussi payer le deuxième palier ainsi que supprimer les zones salariales. Fort malheureusement rien dans tout ça a été réalisé nous n’avons vécu que le mensonge de nos autorités.  Nous ne savons plus en quoi devons-nous croire,’’ Regrette Jacques Cirimwami

Patrick Babwine