+243 859 360 592 info@deboutrdc.net
vendredi, mars 5, 2021
PolitiqueSanté

Covid au Sud-Kivu: l’imprudence du Gouverneur coûte la vie à ses administrés (société civile)

42views

Après l’annonce de 12 nouveaux cas de coronavirus dans la province du Sud-Kivu spécialement dans la ville de Bukavu, des mesures plus ou moins drastiques viennent d’être prises par le gouverneur. Théo Ngwabidje Kasi préconise le confinement partiel de la commune d’Ibanda (environ 12,3km²) et un couvre-feu entre 20h et 5h du matin à partir de lundi 1er juin 2020.

Ces mesures du gouverneur sont jugées salutaires  par plus d’un habitant mais touchent certaines sensibilités qui estiment que c’est de la négligence du gouverneur qui vient d’alourdir le bilan au Sud-Kivu.

A qui la faute ?  S’interroge Pascal Mupenda acteur de la société civile « …aujourd’hui, on nous informe de l’augmentation exponentielle des cas de covid-19 et des décès en province du Sud-Kivu. A QUI LA FAUTE ? Il est vrai que nous devons tous nous mettre à l’œuvre pour combattre cette pandémie. Mais, l’autorité à tous les niveaux devrait faire tout son mieux pour être exemplaire dans le respect des mesures prises. Il n’est pas dit que la maladie ne peut pas passer par les autorités ou par certains compatriotes. Mais, rappelez-vous qu’il n’y a pas longtemps, des défilés des nombreuses autorités venues de Kinshasa ont été enregistrés en province ».

Il regrette de voir que le gouverneur ait accepté que des personnes arrivent en province sans être mises en quarantaine pourtant elles venaient entre autres du Burundi, un Pays touché par la pandémie.

« … de nombreux compatriotes ont séjournés çà et là dans des zones et pays affectés. Certains de nous, pour avoir dénoncé le fait que ces gens n’ont pas été placés en quarantaine dès leur arrivée au Sud-Kivu, ont été mal vus par l’autorité provinciale. Celle-ci s’est contentée à nous dire que les mesures ont été prises pour se rassurer que ces gens soient en bonne santé », regrette Mupenda.

Pour rappel, le Mardi 21 Avril, une délégation de la société civile et des mouvements citoyens avait obligé la mise en quarantaine de 7 personnes de la société de construction TRABEMCO qui exécute les travaux de la voirie urbaine de Bukavu et qui venait de Goma.  Ces personnes auraient été placées en quarantaine, jusqu’aujourd’hui, le sort est inconnu.

C’est dans cette foulée qu’une autre délégation en provenance de Kinshasa conduite par le ministre Steeve Mbikayi est arrivée au Sud-Kivu officiellement pour apporter assistance aux sinistrés habitants d’Uvira.

Après plusieurs manifestations de refus à cette délégation de descendre sur Uvira, le gouverneur avait rassuré le peuple disant que la délégation n’est pas une menace car les dispositions ont été prises.

Une assurance qui avait apaisée plus d’un Sud-Kivutien avant d’être déçu par le refus du gouverneur de laver les mains lors de la sortie d’une présumée troisième personne du centre de traitement de Bwindi, apprend-t-on d’une source proche du centre de traitement de Bwindi.

Dans le même feuilleton plusieurs congolais et étrangers ont été permis d’entrer au Sud-Kivu sans être placés en quarantaine. Ils étaient plus de 800 qui sont arrivés sur le sol congolais via la ville d’Uvira en provenance du Burundi en date du 19 Mai 2020.

Face à cette inaction des autorités impliquées dans la riposte contre le coronavirus, Pascal Mupenda plaide pour la reprise des activités socio-économiques en province car ce « copier-coller » dans la prise des mesures risque d’accoucher d’une souris.

« tout en nous pliant tous au respect des mesures d’hygiène, nous devrions apprendre à vivre avec Corona comme tant d’autres virus et maladies. L’idéal serait de laisser les gens poursuivre avec les activités socio-économiques, tout en leur demandant d’observer les mesures de protection. Si non, nous risquons de faire un copier-coller des mesures qui inadaptées au contexte Bukavien », conclut Mupenda.

× Contactez l'équipe de deboutrdc.net