+243 859 360 592 info@deboutrdc.net
mercredi, janvier 27, 2021
DDH et JournalistePolitique

SUD KIVU : Les morts en déshonneur au cimetière de la Ruzizi

7views

Le dossier de spoliation du cimetière de la Ruzizi prend de plus en plus d’ampleur depuis un certain temps, certains habitants de la ville de Bukavu pensent qu’il serait question d’une probable implication de l’autorité communale dans la vente de caveaux à la population pour enrichir ses poches. Contacté à ce sujet le bourgmestre de la commune d’Ibanda réfute toutes pensées qui tendent à nuire sa personnalité d’autant plus que ce dossier serait depuis longtemps décanté.

Les habitants de la commune d’Ibanda s’interrogent sur où serait orienté la recette perçue due à la vente de caveaux pour enterrer les personnes nanties?

«Portant une pensée concrète à ce sujet, il s’observe un enrichissement des poches des autorités qui ne montrent à rien le besoin de vouloir aider au développement de la commune. Les morts n’ont plus le droit de rester stable, la loi qui prône le respect aux morts n’est plus respectée aussi bien que ces derniers temps le déterrement des certains corps est visible sur ce site propre aux cadavres. Ne serait-ce pas un manque de contrôle de l’autorité communale parce que cet argent devrait normalement contribuer au payement des sentinelles qui pourront garder le cimetière » s’interroge un habitant rencontré.

Pour le chef du quartier Nyalukemba, la gestion de cimetière c’est une exclusivité de son hiérarchie et que cela ne serait pas dans ses attributions.

’Nous sommes accusés pour rien, lorsque il y a spoliation les journalistes viennent nous voir et pourtant la gestion est ailleurs. Les cimetières sont un domaine spécialisé. Le chef du quartier n’y sont pour rien,’’ précise Kurasa.

De son côté, le bourgmestre de la commune d’Ibanda Manegabe Ntaitunda, adresse à ses habitants une forte désolation car selon lui toute personne morte est en droit d’être enterrer et le cimetière n’est pas payant sauf pour certaines personnes qui ont besoin de construire une sorte de mausolée pour leur proche, seules ces dernières sont en obligation de payer pour le modèle de caveau choisi.

 ‘’C’est l’organisation Makao, qui faisait payer un petit rien en termes de monnaie pour les caveaux déjà creusés et cela n’est pas obligatoire pour tout le monde. En ce qui concerne la spoliation des cimetières, ce sont soient les personnes mal intentionnées ou même certains militaires qui procèdent par le déterrement des cadavres et qui y construisent nuitamment arme à la main des maisons.» 

Le bourgmestre appelle à l’implication de toute la population dans le dossier spoliation des cimetières et de mener toute action de dénonciation tout en rassurant l’aide et l’accompagnement en grande partie des autorités urbaines dans leur lutte.

’Nous sommes vraiment étonnés que l’on nous crache dessus. Nous avons déjà fait tout ce qui est à notre niveau mais les autorités restent silencieuses dans ce dossier. Mais nous condamnons aussi la société civile qui se dit capable de mener des actions citoyennes,  mais jusque-là incapable de s’engager pour la protection des biens publics’’ recommande le bourgmestre.

Hortense Zabona