+243 859 360 592 info@deboutrdc.net
mercredi, janvier 27, 2021
Politique

BUKAVU : AZANGA une épine à distiller dans le dos de la population de Nkafu ( socive Nkafu).

6views

La population du quartier Nkafu dans les Av. Ciberha, Micombero et Av. HPGRB continue à réclamer le départ de Christine Azanga chef du quartier.  Cette population conduit par les acteurs de la société civile sous noyau de Nkafu a envahi la Nationale N°5 longeant le littoral du Lac-Kivu. Les tentions étaient tellement à son comble et la circulation perturbée sur cette route d’intérêt nationale  tout l’avant midi du 26 juillet 2020. Les manifestants réclamés bec et ongles, le remplacement sans condition de Madame christine Azanga chef du quartier Nkafu.

Ces derniers lui reprochent de l’incompétence notoire dans la gestion de bien public et réclament la nomination d’un autre chef du quartier capable de conduire cette entité et qui peut protéger les biens publics, mais aussi celui qui pourrait de l’intérêt général sa priorité.

’Nous étions tous dans la rue,  femmes, jeunes et vieux dans  pour dénoncer l’incompétence de madame le chef du quartier  Christine Azanga. Plusieurs fois nous signalons les cas d’insécurité par ici par là  dans notre entité, mais elle ne réplique pas. Il n’y a pas de forum de quartier, ni de conseils de sécurité dans le quartier comme cela se fait ailleurs. Les servitudes sont vendues par madame Azanga et fermées, son incompétence à gérer les affaires au QUARTIER Nkafu n’est plus à prouver,’’ décrie la population de Nkafu par l’entremise de Julien Namegabe du sous Noyau de la société civile de Nkafu et porte parole des manifestants.

Cette foule mécontente reproche à leur cadre de base le manque de collaboration avec sa population et l’orgueil.

‘’ Nous l’avons amené devant l’autorité communale de Kadutu, et lui a demandé la collaboration avec la population pour savoir améliorer son mode de gestion, mais par son orgueil elle n’a pas tenu compte de toutes les recommandations que la population lui a fournies,’’ rappelle Julien Namegabe.

Ces cadres de la société civile auraient reformulé des recommandations auprès des autorités à tous les niveaux, entre autre l’intensification des patrouilles pour dénicher les mal francs, les démentiellement des maisons de vente de produits fortement alcoolisés. Dans la foulée les manifestants lancent un discrédit auprès du ministère de l’intérieur d’être à la base de cette cacophonie en refusant la volonté du peuple qui serait le remplacement d’Azanga comme chef du quartier.

Pour certains, Azanga est à la hauteur de son travail et elle ne doit pas partir par simple volonté des personnes irresponsables et instrumentalisées.

’Ces acharnement n’ont pas commencé aujourd’hui, nous savons ceux qui sont dernière ces agitations. Nous leur rassurons qu’ils vont bien crier mais la vérité reste vérité, car Azanga mérité ce poste. Qu’ils soient calmes, l’insécurité est généralisée dans toute la province et tous les autres quartiers. La sécurisation du mieux c’est une affaire de tous les citoyens en collaboration avec les agents de l’ordre,’’ martèle un habitant de l’Av Nyarwizimya.

L’on dirait une mauvaise gouvernance serait installée dans plusieurs quartiers de la ville de Bukavu sans aucune inquiétude. Les servitudes vendues, les cimetières spoliés, les parcelles de l’Etats distribuées aux hommes forts. Seul l’Etat de droit élève une nation.

rappelons que les manifestants ont promis d’autres actions de grande envergure pour faire partir Christine Azanga si jamais les autorités faisaient un sourd d’oreille.

Patrick Babwine

 

lire aussi:BUKAVU : La société Civile de Nkafu accuse les cadres de base d’être à l’origine de la persistance de l’insécurité