+243 859 360 592 info@deboutrdc.net
dimanche, janvier 24, 2021
EnvironnementPolitique

SUD-KIVU : Fête de parents, nous sommes frustrés de ne pouvoir rendre hommage à nos parents (habitants)

0views

La fête de parents est célébrée le premier Août de chaque année. Au même titre que la communauté internationale, certains citoyens congolais célèbrent ce samedi 1er août 2020, la fête de leurs parents décédés ou vivants. Dans la ville de Bukavu en province du Sud-Kivu, les décors sont plantés pour commémorer cette journée dédiée aux parents. Certains habitants célèbrent les sacrifices consentis par leurs parents et pour d’autres familles, une occasion d’aller aux cimetières rendre hommage à leurs défunts et entretenir  leurs sépultures.

D’aucuns s’interrogent de quelle manière les gens dont les tombes de leurs défunts parents se retrouveraient déjà dans certains ménages aux cimetières, vont les rendre hommage ? Ils estiment que la plus part des familles à Bukavu seront scandalisées de constater la disparition des tombes, spoliées par des personnes malintentionnées sous l’œil impuissant des autorités.

Selon un habitant rencontré près de la mairie de Bukavu, la spoliation des espaces réservés au cimetière prend de l’ampleur dans la ville de Bukavu. Il renseigne que pour les familles de défunts, c’est devenu difficile, voire même impossible de retrouver les corps de leurs proche. Une musée d’ossement serait entretenue vers les cimetières une façon des déshonorer la mémoire des ces illustres disparus.

« En ce jour où le pays célèbre la journée de parents,  c’est pour nous important de prendre soin de tombes de nos parents, nous qui sommes orphelins. Malheureusement la spoliation de cimetières a élu domicile chez nous. Nous assistons à de tristes spectacles, nous sommes frustrés de ne pouvoir rendre hommage à nos êtres chers. Seulement parce que l’emplacement de ces tombes ont tout simplement disparus, spoliées. Les autorités prennent des mesures qui n’ont jamais été matérialisées. Je penses que les morts aussi méritent un minimum de respect, » s’indigne-t-il.

Notre source appelle l’autorité provinciale à adopter des mesures conséquentes et drastiques  pour protéger ces sites et permettre à d’autres familles d’entretenir les caveaux de leurs défunts.  Plusieurs s’inquiète de voir que des maisons sont érigées au dessus des tombes.

’Pères, mères, grand parents, fils et filles tous sont couchés dans ces dernières demeures en province. Leur mémoires est entrain de disparaître pourtant ces endroits resteraient conserver comme de monuments. Mémoire dans cette province. L’histoire nous dira assez, car nous aurons plus à dire à aux générations futures,’’ se plaint un habitant de Nyawera dans la commune d’ibanda.

Rappelons que la question de spoliation des endroits publics et plus sacrés sont une monnaie courante à Bukavu. la population interpelle le bon sens de l’autorité urbaine, communale de jouer pleinement sa mission celle de devenir gardien du temple.

Bernardin Matabaro