+243 859 360 592 info@deboutrdc.net
DDH et JournalisteEducationPolitique

ESU : A Bukavu les agents de l’UOB réclament la prise en compte de leur revendication.

383views

En plein confinement, les agents  de l’Université Officielle de Bukavu UOB a une fois de plus vibré au rythme de revendication. Conduit par leur appariteur, ces agents de l’Etat seraient visible devant la porte de leur université pour faire entendre leur voies. Ces derniers seraient en concertation le jeudi 23 juillet dans les avant midi dans le but d’exiger le payement de leur salaire ainsi que l’amélioration de leurs conditions de vies.

Ces agents de l’UOB envisageraient de mener des actions de grande envergure si jamais les autorités nationales et provinciales ne prenaient pas en compte leurs revendications. Ces derniers l’auraient confirmé lors d’un entretien avec les journalistes de Deboutrdc.net.

Adressant ainsi leur revendication au ministre national de l’Enseignement Supérieur et Universitaire, ces agents regrettent de constater que leur requête n’a jamais rencontré le besoin des dirigeants congolais. Dans cet entretien avec la presse, ces personnels s’inquiéteraient de la manière dont les agents sont traités en cette période de la Covid-19.

Jacques, appariteur de l’UOB semble affirmé que dans cette période pandémique, la majorité des agents sont abandonnés à leur triste sort. Ils ne perçoivent rien en termes de salaire non plus en termes de motivation. Des nouveaux assistants sacrifiés…

« Nous avons des revendications que nous sommes en train de formuler auprès des autorités provinciales et nationales en rapport avec le non payement des salaires et primes de la plus part des agents de l’UOB. Il y a certains qui perçoivent 5000 francs congolais, alors que ce montant ne peut pas aider à nouer les bouts des doigts. Les agents ne sont plus en train de bénéficier de ce qu’ils touchaient comme prime interne de motivation. L’Etat n’améliore pas leur salaire et des nouvelles unités on n’en parle même pas. Nous, on ne peut pas continuer à travailler sans pour autant que l’Etat puisse chercher au moins quelque chose pour nous, » regrette l’appariteur de l’UOB.

Notre source s’indigne de l’inertie remarquée auprès des autorités Congolaise, nonobstant les voies administratives déjà épuisées.

Hortense Zabona