+243 859 360 592 info@deboutrdc.net
DDH et JournalisteSantéTechnologie

RDC : Tous égaux devant le coronavirus

379views

La flambée des morts et contaminations de la maladie dite COVID-19 à travers le Monde est un signe interpellateur pour les dirigeants Africains et spécialement Congolais. Cette pandémie vient de causer la contamination de 81 personnes et six morts parmi elles des autorités hautement placées au gouvernement congolais.  Face à cette situation, ministres, enfants de rue, pauvre population tous seront traités dans les mêmes hôpitaux qui ont été délaissés durant plusieurs années.

Ces autorités qui jadis pour un malaise étaient évacuées en Europe, vont affronter les mêmes difficultés sanitaires que leurs dirigés, interpellent certains internautes.

Selon le Syndicat national des médecins du Congo (SYNAMED) il est temps d’équiper les hôpitaux de l’intérieur qui manque du matériel depuis des décennies.

« Nous demandons au gouvernement d’équiper « au plus vite » les hôpitaux dans les provinces qui manquent le matériel nécessaire de réanimation et soins intensifs. Dans une interview accordée, jeudi 19 mars à Radio Okapi, son secrétaire général adjoint chargé de l’organisation et études, Dr Senga Lwamba, fait savoir qu’il n’y a qu’un seul laboratoire au pays pour le diagnostic.

Face à la vitesse de propagation de cette maladie, il est inimaginable qu’un pays qui compte plus de 80 millions d’âmes ait un seul laboratoire et 5 respirateurs.

« Tout doit commencer par le diagnostic, malheureusement il y a qu’un seul laboratoire à travers le pays qui puisse être capable de faire le diagnostic de cette pathologie », a fait remarquer Dr Senga Lwamba.

Cette maladie devrait révolter les autorités pour qu’elles investissent dans le secteur de la santé et de la recherche pour éviter d’être surpris à la prochaine.

Pour tout cas suspect, il faut prélever les échantillons et les envoyer à Kinshasa pour confirmation du diagnostic.  C’est seulement l’Institut National de la recherche Biologique, INRB a la possibilité de faire ce genre de diagnostic.

« Un malade qui est suspect, on va faire de prélèvement et on va envoyer ses prélèvements à Kinshasa pour confirmation du diagnostic, ça peut prendre quelques temps, je pense avec la sérénité de l’INRB ça sera fait rapidement, mais même si le diagnostic est posé, mais c’est la prise en charge qui va poser un problème, nous sommes très moins équipés quant aux matériels de réanimation, de soins intensifs. Il n’y a pas beaucoup des centres qui ont suffisamment d’équipements pour faire face à ce genre de pathologie », a fait remarquer Dr Senga Lwamba à nos confères de la radio Okapi.

Etant donné que diriger c’est prévoir, les autorités actuelles de la RDC devraient tirer des leçons de cette maladie.

Pour certains analystes, des politiciens se tapent des millions de dollars oubliant de payer les médecins et équiper les formations sanitaires.

Déjà en Novembre 2019, le député national Kambage Numbi avait alerté sur la part du budget réservée à la santé.

« La part du budget alloué à la santé est faible soit 5,63 aux nombreux défis liés à l’achat des vaccins de routines pour les enfants, les frais d’interventions pour les épidémies, le financement de la sécurité transfusionnelle », avait-il alerté.

Felix Kabange Numbi a également affirmé que la construction, la réhabilitation et l’équipement des centres de santé et des hôpitaux généraux de référence constituent un des piliers majeurs de la résilience de notre système de santé et de la couverture santé.

La crainte de cet élu, ne semble pas avoir été bien captée par les décideurs.

Les congolais seront obligés d’attendre et de faire face à cette maladie avec impuissance car les hôpitaux, les centres de santé et d’autres structures sanitaires existent que de nom.

La preuve l’hôpital de la FOMULAC Katana est en délabrement, l’hôpital provincial est sans matériel adapté, les hôpitaux de l’intérieur et même de la ville de Bukavu font face à un manque criant des intrants. D’autres encore n’ont pas d’Ambulances.

Ce tableau sombre des structures sanitaires de la RDC inquiète plus d’un congolais. Il est temps que la santé et la recherche soient parmi les priorités des dirigeants.

Le président Macron a compris la leçon. Il a promis disponibiliser 10 milliards de dollars pour la recherche sur 10 ans.

Diriger c’est prévoir dit-on.

 

'
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial
LinkedIn
Share
WeChat
WhatsApp