+243 859 360 592 info@deboutrdc.net
DDH et JournalistePolitique

RDC : La NDSCI dans le collimateur des courtisans de Kabila

669views

Certains militants du PPRD au Sud-Kivu menacent de traduire en justice la Nouvelle Dynamique de la Société civile NDSCI pour avoir réclamé justice aux victimes de Mbobero, Mbiza et marais de Murhundu Territoire de Kabare au Sud-Kivu en RDC qui ont été dépouillé de leurs terres par l’ancien président de la RDC, Joseph Kabila.

Selon Gaspard KAHENGA, Vice-président National de la NDSCI, ces menaces ne leur font pas peur.

« Loin de nous faire peur, vos menaces ne font qu’accentuer notre détermination », écrit-il dans un communiqué de presse du 06 Juillet 2020.

Pour lui, la Nouvelle Dynamique de la Société Civile en RDC, « NDSCI-CHUNVI YA CONGO, reste convaincue que la justice élève une nation

« La NDSCI  est non seulement sidérée par les messages de menaces de certains sbires du PPRD Sud-Kivu contre la NDSCI et ses animateurs après le dépôt de la plainte des victimes de Mbobero, Mbiza et marais de Murhundu à charge de l’ancien Président de la RDC et Sénateur à vie SE Joseph KABILA; mais, elle est aussi  contente d’avoir pris connaissance par la voie des ondes de l’annonce d’une certaine plainte contre elle et son Président National, l’imperturbable Jean-Chrysostome KIJANA, laquelle plainte serait l’oeuvre d’un groupe des jeunes gens s’habillant en des tenues presque militaires et qui se nomment “les gardiens d’un Temple” non autrement identifié et se réclamant du PPRD », conclut Gaspard.

Pour rappel, lors d’une conférence de presse animée à Bukavu après dépôt de cette plainte, J. Chrysostome Kijana a fait remarquer l’opportunité de cette action citoyenne, en ce sens qu’après les “graves crimes” commis à Mbombero, les auteurs ne devraient toujours pas rester sans être inquiétés alors qu’aujourd’hui le régime actuel a prôné l’Etat des droits.

Pour tout savoir sur le dossier Mbobero, veuillez suivre cette video

 

En claire, les victimes accusent l’ex chef de l’État congolais, des destructions méchantes, pillages, coups et blessures, tortures, des crimes contre l’humanité par viol et par meurtre. Des faits commis par des éléments des 4 unités des FARDC et de la Police, détournés d’après les plaignants par lui, Joseph Kabila “pour ses fins personnels”.

Gaspard B.

 

'
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial
LinkedIn
Share
WeChat
WhatsApp