+243 859 360 592 info@deboutrdc.net
DDH et JournalisteEnvironnementPolitique

RDC : Les vraies victimes de Mbobero maintiennent leur plainte contre Kabila

388views

Les vraies victimes des démolitions des maisons en Mbombero dans le territoire de Kabare au SudKivu réaffirment leur volonté de continuer sur la voix de la justice. Leur plainte contre Joseph Kabila, ancien président de la RDC va continuer son cours normal.

Elles l’ont dit lors d’assemblée générale le dimanche 26 juillet 2020, dans la salle St Paul Apôtre de Mbobero.

Cette assemblée a réuni toutes les victimes pour essayer de débattre sur certains points et apporter une solution à la situation actuelle de ces derniers.

Tous unis pour réclamer leurs droits, on pouvait lire sur la porte de la salle : vos mensonges et corruptions doivent cesser. C’est trop. Que justice soit faite, Remettez-nous dans nos droits ».

Présent à cette assemblée le président des victimes, Joseph Zahinda dit non à des accords fantaisistes entre fausses victimes créées de toutes pièces par des courtisans de Kabila. Il veut voir que les vraies limites de la concession à problème soient reconstituées.

« La résolution à cet embarras est la reconstruction des limites de nos terres et le rejet des accords fantaisistes d’autant plus qu’on ne peut pas se dire propriétaire terrien tant qu’on n’a aucun document signé par le précédent acquéreur comme l’a fait Joseph Kabila », renseigne Joseph.

Pour sa part Me Marcelin activiste de droit de l’homme, appelle les victimes à l’union car pour lui, certaines mauvaises personnes veulent politiser le dossier de Mbobero alors que la voie de la justice est mieux placée pour bien gérer ce dossier.

Il y a une mauvaise information aussi dans ce dossier car un chantage se serait fait entendre insinuant une quelconque rencontre des victimes et l’ex première dame Olive Lembe.

« Il y a un groupe proche de l’ancien chef de l’Etat qui est en train de diviser la population, essayer de détourner notre but commun. Si Kabila prouve qu’il est le vrai propriétaire, il sera acquitté », apaise Marcelin, un de conseil de ces victimes.

Pour rappel, c’est depuis 2016 que le dossier de Mbobero existe. Des maisons et un hôpital ont été systématiquement démolis, des personnes fusillées et des filles violées.

Quatre ans après, les courtisans de Kabila en province ont fait de ce dossier un fond de commerce !

La Nouvelle Dynamique de la Société civile, NDSCI est la seule organisation à ce stade à accompagner ces victimes estimées actuellement à plus de deux mille cinq cents âmes.

Hortense Z.