+243 859 360 592 info@deboutrdc.net
vendredi, février 26, 2021
DDH et Journaliste

BUKAVU : Les maisons démolies au cimetière camps Saïo réapparaissent

58views

L’opération de démolition des maisons construites dans le cimetière de la Ruzizi amorcée par le gouverneur de la province Théo Ngwabidje Kasi, a accouché d’une souris. Quelques mois après démolition partielle de quelques maisons dans cette cité réservée aux morts, des maisons poussent comme des champignons.

Constat fait par la rédaction de Deboutrdc, les maisons démolies ont été reconstruites quelques jours après et cela au mépris de la décision de l’autorité provinciale. En dépit de l’interdiction faite par Ngwabidje gouverneur de la province, les habitants victimes de la démolition, jugent d’illégales l’opération amorcée par le gouverneur.

’Nous ne comprenons pas comment une autorité peut décider de venir démolir dans la violation flagrante de droits humains. Nous ne refusons pas que le gouverneur démolisse et qu’il protège les morts, mais quel est le sort qu’il réserve à la population ? Quel est se père qui peut chasser son enfant à l’endroit où il était stable et décidé de le laisser vagabonder dans la vie?’’ S’interroge Félicien Mudahama, l’un des occupants de cet endroit démoli.

Les acteurs de la société civile pensent Que les autorités devraient user de leur pouvoir pour rendre effective cette opération qui a été longtemps perdurée.

’Nous pensons que le gouverneur devrait cette fois ci se démarquer des autres qui lorsqu’ils avaient besoin d’argent, ils amorçaient l’opération démolition alors qu’en réalité ce n’était pas la vrai cause. Nous savons qu’en cet endroit il y a des défis énormes à relever. C’est un endroit habité en grande partie par des familles militaires, et des personnes redoutables. Lorsque l’on veut démolir ces gens ont un comité qui collectionne de l’argent pour enfin allez voir l’autorité et faire taire l’opération. Deux semaines seulement après démolition, nous avons vu des maisons s’ériger sur le lieu,’’ fait savoir un acteur de la société civile active dans le quartier Nyalukemba.

A notre source de signaler que rien de rassurant parmi les opérations que l’autorité provinciale d’éclanche. Cet acteur de la société civile recommande au gouverneur de faire respecter sa parole en faisant respecter ce cimetière qui se fait spolier en sa présence.

Patrick Babwine

Leave a Response

× Contactez l'équipe de deboutrdc.net