+243 859 360 592 info@deboutrdc.net
DDH et Journaliste

BUKAVU : la société civile alerte  les autorités à ériger des sites d’accueil pour les déplacés de Goma

232views

 Le Bureau de la coordination de la société civile en province du Sud-Kivu alerte les autorités dans les deux provinces Sud et Nord-Kivu pour leur implication sociale dans la prise en charge des déplacés du Nord-Kivu en fuite du volcan Nyiragongo. Par ailleurs, différentes organisations membres de cette structure citoyenne recommandent l’érection des sites de cantonnement pour bien identifier les véritables sinistrés  de la dite catastrophe volcanique.

Adrien Zawadi, président de la Société Civile du Sud-Kivu, invite toutes les organisations humanitaires et structures de la société civile œuvrant dans l’humanitaire à intervenir urgemment en faveur des sinistrés du volcan présents aux Sud-Kivu. Les acteurs de la société civile recommandent aux habitants  du Sud-Kivu de cultiver un esprit d’accueil, de solidarité et de compassion, le seul moyen pour venir en aide aux  congolaises qui sont victimes de la catastrophe naturelle de Goma et ont tout perdu pour sauver leurs peaux.

Dans leurs différentes allocutions, ces acteurs de la société civile pensent que les autorités devraient à tout pris activer tous les mécanismes de contingence capable de palier la situation de la population en provenance du nord Kivu qui seraient en détresse.  Adrien Zawadi président du Bureau de la coordination de la société civile du Sud-Kivu,  encourage la réaction du gouvernement provincial du Sud-Kivu pour avoir instauré le mécanisme d’accompagnement pour les déplacés du Nord-Kivu. Néanmoins ce dernier fustige le laxisme avec le quel ce dossier est traité.

‘’ Nous fustigeons le fait que ces mécanismes soient théoriques, nous aurions voulu que les autorités puissent passer au concret et qu’elles nous disent quels sont les sites qui ont été identifiés pour accueillir ces déplacés. Nous disons à la population du Sud-Kivu d’être plus solidaire et de compatir avec les amis du Nord-Kivu. Il ne faudrait pas que le malheur des nos compatriotes fassent notre bonheur.  Ceci ne devrait pas être l’occasion de hausser le prix des biens de premières nécessités, le prix des transports sur le lac et de véhicule, ce n’est pas l’occasion de hausser le prix des chambres d’hôtel ainsi que le prix de loyer des maisons,’’ a-t-il recommandé.

Pour Stella Yanda responsable de l’organisation Initiative Alpha les sites de cantonnement devraient directement être ciblés pour accueillir les déplacés de Goma.

‘’ Nous alertons les dirigeants provinciaux d’identifier dans l’immédiat les sites pour recevoir les compatriotes victimes de catastrophes causées par le volcan. A quoi servent les camions des militaires et policiers qui sont uniment affectés à aller apporter de la braise à Mugogo est ailleurs au lieu des les affecter d’aller amener les compatriotes vers Kalehe? » S’interroge notre source.

A en croire Luc Murhamba, habitant de la ville de Bukavu, cette catastrophe naturelle de Goma risque d’avoir des incidences grave sur la vie sociale de la population de la ville de Bukavu. Partant du message du gouverneur militaire dans la province du Nord Kivu, il y a une mobilité de la population en direction de la province du Sud-Kivu.

‘’Sur le plan social nous sommes un peu étonnés de voir que ni le gouvernement central, ni les gouvernements provinciaux du nord et Sud Kivu on ne comprend plus rien sur ce qui est en train d’être fait en terme de plan de contingence pour faire évacuer les citoyens congolais frappés par cette calamité.  L’Etat devrait intervenir et mobiliser tous ces bateaux sur le lac et prendre en charge la mobilité de nos frères en provenance du Nord-Kivu vers le Sud Kivu,’’  Suggère-t –il.

A notre source de rappeler combien tous les engins sur le lac était réquisitionnés pour aller aux obsèques du père de Gouverneur de la province du Sud Kivu Théo Kasi. S’en ait suivi la mobilisation sans précédente des tous les véhicules dans la ville pour accompagner la vielle maman au sénateur Bahati Lukwebo.

D’aucuns pensent qu’il en serait autant pour sauver des vies de compatriotes qui manquent le transport afin de se diriger vers la province du Sud-Kivu.

Par Patrick Babwine

Leave a Response