+243 859 360 592 info@deboutrdc.net
mercredi, mai 19, 2021
Environnement

BUKAVU : La société civile urbaine alerte sur l’impraticabilité des routes secondaires

16045views

La réhabilitation des artères secondaires dans la ville de Bukavu reste sans succès. Est ce un manque de volonté des autorités ? S’interroge plus d’un habitant. Théo Ngwabidje Kasi, Gouverneur du Sud-Kivu, demeure silencieux face aux promesses faites sur la réhabilitation de ces routes.

Selon le constat fait par Deboutrdc. Jusqu’à présent le tronçon routier place Mulamba-Centre Amani, reste en état de délabrement avancé, malgré les travaux qui ont semblé commencer, mais qui ne sont jamais achevés. Même chose pour le tronçon routier mairie-Aathénée Ibanda et celui des routes d’intérêts économiques.

 Pour la société civile urbaine, le développement dans la ville de Bukavu est presqu’inexistant. Triste est le constat fait par Jackson Kalimba, président urbain de cette structure citoyenne sur des nombreux discours prononcés par le gouverneur de la province du Sud Kivu, qui restent  des récits sans aboutissement et sans bilan positif.

« Pas plus tard que ce lundi 12 Avril 2021 dans une conférence de presse, Théo Ngwabidje n’a fait que présenter des bilans des travaux réalisés par des partenaires et en aucune occasion n’avons entendu parler du bilan réalisé par le gouvernement provincial. Alors que dans toutes les trois communes que compte la ville de Bukavu, tous ce que nous avons comme routes secondaires se trouvent dans un état de délabrement très avancé, » martèle Jackson Kalimbe.

Kalimba appelle à une prise de conscience des autorités urbaines pour l’amélioration des conditions vitales de la population vivant le long de ces routes. Il souligne ainsi des endroits dans toutes les communes de la ville, où les routes y compris celles d’intérêt économique et même des artères principales ne sont pas réhabilitées.

«Que l’autorité provinciale prenne en compte la vie des habitants. Dans la commune de Kadutu vous remarquerez que depuis la place du 24 jusque vers le marché centrale de Kadutu, cette route reste impraticable. Tout comme à l’endroit appelé yesu yesu où les habitants traversent un calvaire. En commune de Bagira, de la place de l’indépendance jusqu’à Ciriri c’est de la souffrance totale. En Commune d’Ibanda n’en parlons même pas, ses routes secondaires restent à désirer; » renseigne-t-il.

Notre source estime que, les politiciens utilisent toujours des discours, au lieu que les taxes, soient orientées vers le secteur de réhabilitation des routes.

Hortense Zabona

 

 

 

 

 

 

Leave a Response

× Contactez l'équipe de deboutrdc.net