+243 859 360 592 info@deboutrdc.net
déguerpissement forcé à Irambo
déguerpissement forcé à Irambo
Justice

BUKAVU : Sifflement des balles entendu suite au déguerpissement forcé dans l’avenue Irambo2/ paysage II,

643views

Vive tension dans l’avenue Irambo2 au quartier Nyalukemba en commune d’Ibanda dans la ville de Bukavu où le matin du 24 mars 2021, plusieurs coups des balles ont retentis en créant une psychose au sein de la population. 

Des victimes et biens perdus sont enregistrés après plusieurs balles réelles tirées en l’air. C’était aux environs de 07h jusqu’à tard dans la journée, qu’il y a eu altercation entre les jeunes de ce milieu et les agents de l’ordre envoyés pour assister un déguerpissement. Le bilan fait état d’une personne blessée à la tête et plusieurs biens disparus, des téléphones emportés par des militaires et policiers fait savoir la source de la société civile.

‘’Ce jeune de plus de 26 ans est maintenant dans le l’hôpital CECO où il reçoit des soins. Deux maisons détruites par les policiers et plusieurs biens volés, des téléphones ravis,… La société civile sous noyau de quartier Nyalukemba dénonce ce comportement qui est devenu monnaie courante de venir déguerpir sans compter à la norme des droits de l’homme,’’

Pour Obedi Manvu Elie, président de la société civile sous de Nyalukemba, le déguerpissement ne devrait pas se faire tambour battant au point de mobiliser tout un arsenal militaire et policière.

’S’il y a jugement  légal, même un chef d’avenue peut exécuter sans tambour battant car il n’y aura pas débat, mais venir avec des policiers non contrôlés avec des balles réelles, des lacrymogènes en créant des paniques par ici par et là, vraiment nous ne sommes pas d’accord. Les enfants n’ont pas étudiés  aujourd’hui suite à cet incident, nous sollicitons à la justice de pouvoir s’occuper en finir avec cette question qui risque de donner une mauvaise image chaque fois dans notre quartier,’’ a-t-il recommandé Obedi

David Cikuru président communal de la société civile d’Ibanda recommande aux habitants de se souder les coudes et de ne pas céder à la manipulation, moins encore au tribalisme dans ce quartier Nyalukemeba et toute la commune en général.

Pour rappel, il y aurait quelques jeunes  qui ont été arrêtés dans ces échauffourées sous prétexte qu’ils auraient démoli la maison d’une maman qui a acheté la parcelle en question. La population dans la ville déplore cette façon de faire des agents de l’ordre qui va à l’encontre du respect de  principes des droits humains.

Patrick Babwine

Leave a Response