+243 859 360 592 info@deboutrdc.net
DDH et Journaliste

Nord-Kivu: l’éruption du volcan Nyiragongo à Goma, le bilan s’alourdi 

445views

Le bilan provisoire de l’éruption volcanique survenue le samedi 22 Mai 2021 est de 15 morts dont 9 dans un accident de circulation, 2 calcinés par la lave et 4 détenus de la prison centrale de Munzenze tués au moment où ils voulaient s’échapper. Plusieurs dégâts matériels ont été signalés lors du conseil de sécurité à l’intention des humanitaires dont la MONUSCO et l’observatoire volcanologique de Goma le dimanche.

Le conseil de sécurité tenu par le gouverneur de province du Nord-Kivu, le Lieutenant-général Constant Ndima, avait pour objet de définir les interventions de chaque intervenant, mais aussi les actions urgentes à mener entre autres l’évaluation de la situation dans des hôpitaux qui auraient reçu les malades évacués, la situation dans les zones d’évacuation et la surveillance du volcan.

Pour le rapporteur, le major Guillaume Ndjike, dans ses propos, a renseigné sur certaines mesures établies par le gouverneur de la province du Nord-Kivu.

“L’évacuation de la population de la zone rouge vers les zones les plus sécurisées en commençant par les personnes les plus vulnérables dont: les malades dans les hôpitaux, les femmes enceintes, les vieillards, les personnes handicapées et les enfants. L’orientation de la population en fonction du plan de circonstance et du plan d’évacuation en vigueur”, a-t-il déclaré. 

Le gouverneur de province a appelé par cette occasion les forces de l’ordre, à veiller à la sécurité de la ville de Goma et à la protection de sa population pour éviter aux cas de barbaries de se produire.

“Aux forces armées de la République Démocratique du Congo et à la Police Nationale Congolaise, d’assurer la sécurité de la ville de Goma et dans les voies d’évacuation à fin qu’on évite des cas de vol, de barbaries et d’infiltrations pendant l’évacuation”.

Le coordinateur humanitaire dans la région affirme que les humanitaires poursuivent de leur côté l’évaluation des besoins des personnes affectées directement par l’éruption.

Plus d’un citoyen congolais estiment  qu’on ne peut pas s’asseoir sur une casserole bouillante, d’où l’urgence du déplacement de la ville entière de Goma à un autre lieu.

Par Hortense Zabona.

Leave a Response