+243 859 360 592 info@deboutrdc.net
500jeeps don présidentiel, plusieurs crient à l'achat de conscience
500jeeps don présidentiel, plusieurs crient à l'achat de conscience
Politique

RDC : 500 Jeeps pour acheter la conscience des élus nationaux (mouvement citoyen)

247views

L’octroi d’un don présidentiel de 500 jeeps aux élus nationaux défraye la chronique de l’actualité politique en RD Congo. Cet acte qualifié de corruption et de mépris  fâche plusieurs congolais qui voient la population paupérisée dans une misère qui ne dit pas son nom. Cet acte vient mettre l’huile au feu et Sur chauffe des esprits.

D’aucun s’interroge sur cette action de bonne foi posée par le président de la République Félix Antoine Tshilombo. Plusieurs pensent que cet agissement n’est pas fait pour bonifier les conditions de travail d’élus mais manière de gratifier ceux qui l’ont aidé à déboulonner le système majoritaire du FCC.

Le mouvement citoyen IL EST TEMPS appelle les élus nationaux du Sud-Kivu de faire la différence en renonçant à cette corruption qui se fait à ciel ouvert. C’est au cours de son communiqué de  presse du 23 juin 2021 qu’il l’a fait savoir.

‘’Le mouvement citoyen IL EST TEMPS suit de très près l’actualité qui fait le buzz actuellement sur la scène politique congolaise concernant le don de 500 jeeps du président de la république comme l’a déclaré le président de l’Assemblée nationale Mboso dans sa rencontre avec certains élus. Après avoir suivi le communiqué très flou lu par le rapporteur de l’assemblée nationale. IL EST TEMPS demande aux élus de dire non à cet achat de consciences étant donné que personne d’entre eux n’a jamais souscrit à un quelconque crédit véhicule comme rapporté par certains élus de bonne moralité quel que soit leur appartenance politique qui se sont déjà prononcé sur ce sujet en dénonçant cette mafia du pouvoir actuel,’’ peut-on lire dans ce communiqué de presse.

Plus de 25000 $ doivent être décaissés dans le trésor public alors que des élus provinciaux accusent plus de 12 mois d’arriérés, des enseignants sont payés au prix de sandwich  et réclament l’amélioration de leur condition de vie. On enregistre des grèves dans différentes divisions au pays suite au non-paiement de leur salaire. La présidence de la RDC fait la sieste à la porte de l’enfer, alors que sa population de Beni vit sans espoir du lendemain.

Au lieu de s’occuper du social de son peuple, ce ne sont que des arrangements de copains qui s’observent. Des taxations d’office sur la communication et personne ne s’en charge, la population monte au créneau.

’Aux élus ce sont les jeeps et aux électeurs la taxe RAM, quelle ironie ?’’ Peut-on lire sur les réseaux sociaux.

Les élus provinciaux au Sud-Kivu se plaignent du fait qu’eux sont oubliés par les institutions nationales ;

‘’ Nous avons les mêmes électorats avec ces députés nationaux. J’ai d’ailleurs eu beaucoup de voix plus qu’eux, 17 000 votants ce n’est pas rien du tout. L’ancien véhicule avec lequel j’ai battu campagne est celui que je possède encore. Nous avons pratiquement 12 mois de retard mais les députés provinciaux reçoivent des jeeps à plus de 50 milles dollars,’’ se plaint David Mubalama, député provincial au SK.

L’échéance 2023 pointe à l’horizon, toutes les batteries sont pratiquement mises en œuvre pour rassurer les arrières. Dans l’entre temps les hôpitaux lointains de la province n’ont pas d’ ambulances pour acheminer les malades vers des grandes structures hospitalières. En province du Sud-Kivu pas de camions anti-incendie.

‘’IL EST TEMPS signale que les élections de 2023 approchent et ce mouvement est prêt à mettre à la disposition du public la liste des élus qui prendront cette corruption humiliante de ce régime. Chers élus, vos fiefs électoraux manquent des ambulances pour le transport des malades, les morts sont transportés sur des motos suspendus par des tiges, vos électeurs font face aux incendies et manquent même un seul véhicule anti-incendie pour chaque territoire ou ville,’’

  Patrick Babwine

 

 

Leave a Response