+243 859 360 592 info@deboutrdc.net
lundi, juin 21, 2021
DDH et Journaliste

Sud-Kivu : Des éléments  de FARDC sont-ils au cœur de l’insécurité à Uvira ?

16000views

Après jugement et destitution du major Katembo, les communautés du territoire d’Uvira se disent satisfaites de la décision de la cour militaire du Sud-Kivu. Ces dernières estiment que, cette décision va contribuer au processus visant à barrer la route aux éléments de FARDC qui pensent être au-dessus de la loi, mais aussi aux mauvais citoyens auteurs des atrocités dans cette partie de la province.

La société civile d’Uvira promet de s’assurer du suivi de cette condamnation, ainsi que de l’application du solde de l’amende en termes de dommages à la famille du défunt.

« Nous sommes vraiment content du jugement à l’égard du major Katembo. Cet acte décourage ses militaires qui ont la gâchette facile et leur enseigne de bien faire le travail sur terrain. Nous demandons un suivi rigoureux de la condamnation et du solde de l’amende qu’il doit verser en termes de dommages », a déclaré André Dunia, acteur de la société civile d’Uvira.

La situation sécuritaire  dans la pleine de la Ruzizi à Uvira, reste inquiétante depuis l’assassinat de défenseur judiciaire. Pas plus tard dans la nuit du 16 mai 2021, aux environs de 19 heures à Kiliba,  un jeune garçon âgé de 18 ans a été assassiné par un militaire de FARDC, pour avoir refusé de lui remettre son téléphone portable. Cette situation a frustré les habitant jusqu’à barricader  la route.

« Nous n’avons pas encore fini à pleurer notre frère Rodrigue, un notre soldat tue un jeune à Kiliba. Aujourd’hui il n’y a pas d’activités à Kiliba et Uvira. Les voyageurs ne peuvent pas quittent Uvira vers Bukavu. La même nuit du 16 Mai 2021, chez les Sœurs à Kalundu trois hommes non autrement identifiés ont emportés des ordinateurs portables et une importante somme d’argent. La sœur rencontré a subit des traitements inhumains. Les FARDC ont intervenus plus tard et les malfrats se sont volatilisés, » a renchérit André Dunia.

De son côté,  le capitaine Dieudonné Kasereka, porte-parole du secteur opérationnel Sukola 2 Sud Sud-Kivu, fait savoir que, la situation sécuritaire dans le territoire d’Uvira est une affaire de tous.

« L’insécurité que nous vivons aujourd’hui est la conséquence de la mauvaise gouvernance qui existe chez nous et que nous sommes en train de chercher des mécanismes pour un changement radical. Il faut multiplier les efforts des parts et d’autres pour un résultat escompté ». Renseigne-t-il.

Vu l’insécurité qui prévaut actuellement à Uvira, des structures citoyennes de cette partie de la province du Sud-Kivu, demandent le départ immédiat du commandant de la police d’Uvira.

Par Carine Bintu

Leave a Response

× Contactez l'équipe de deboutrdc.net