+243 859 360 592 info@deboutrdc.net
Politique

SUD-KIVU :Pourquoi seuls des officiers Banyamulenge font défection?

778views

Depuis un moment, les FARDC font face à  des mouvements des défections. Quatre officiers de la communauté Banyamulenge ont déjà quitté l’armée. Ils disent aller sécuriser leurs frères en danger dans les hauts plateaux d’Uvira, Fizi et Mwenga. La question est de savoir pourquoi seulement eux alors que ceux originaires de Beni, Butembo, Kalehe, Ituri et d’autres coins insécurisés restent loyaux?

Les désertions de quatre officiers de Forces Armées de la République Démocratique du Congo, FARDC, préoccupent plus d’un citoyen Congolais, ceux de l’Est du pays en particulier. Selon un recoupement du Baromètre sécuritaire du Kivu, ces déserteurs des FARDC sont tous de la communauté Banyamulenge et ont rejoint les hauts plateaux de la province du Sud-Kivu. Ce dernier parle d’une guerre en gestation.

« Comme Makanika, ces quatres officiers font partie de la communauté banyamulenge et tous ont rejoint les hauts plateaux du Sud-Kivu et plus particulièrement les Twigwaneho (« défendons-nous » en kinyamulenge), une milice « d’autodéfense » communautaire, » peut-on lire dans ce rapport.

Lwabandji Lwasingabo, ministre provincial de l’intérieur, sécurité, décentralisation et affaires coutumières, estime que c’est probable que la défection arrive dans des armées régulières.

Lire le rapport du Baromètre du Kivu: In the Highlands of South Kivu, a Political Impasse and a Chain of Desertions

Il renseigne que quiconque penserait à la désertion dans l’armée loyale pour pallier les problèmes qui rongent la RDC, a tort et  le moment est mal choisi car pour lui, il a déjà échoué.

« Il ne faut pas qu’un monsieur se trompe, qu’il pense que la solution que nous avons à tous les problèmes dans ces pays, il faudra la trouver dans les tributs ou les groupes ethniques,  moi je pense que c’est tout simplement triste, et ils se trompent sincèrement de période ça a marché plus tard en 96, mais  aujourd’hui je doute que cela puisse marcher, » déclare Lwabandji Lwasi Ngabo.

Et d’ajouter, la population ne sera pas d’avis pour une nouvelle guerre à l’Est de la RDC. Il rassure les déserteurs et d’autres chefs rebelles qu’ils ne vont recevoir aucun appui de la part de la population Congolaise et Sud-Kivutienne en particulier.

« Vous savez que, pour réussir la guerre, il faut l’appui de la population. Et je peux vous assurer qu’au niveau des hauts et moyen-plateau du Sud-Kivu, la population est fatiguée, elle ne veut plus de la  guerre, donc vous pouvez être sûre que la population ne va pas appuyer pareilles aventures, » rassure-t-il.

Pour des jeunes déjà recrutés dans des groupes armés, le ministre Lwabandji le sensibilise à jeter les armes et s’adonner au développement du pays. « Nous menons des sensibilisations pour que ces jeunes se désolidarisent des malfaiteurs». 

Lire aussi: UVIRA : Une trentaine des mouvements armés infiltre dans la plaine, ses effets se ressentent déjà

De son côté, Jean Moro Tubibu, un doyen de la société civile, défenseur des droits humains et animateur au sein du Groupe Jérémie, qualifie du chantage, la défection de ces officiers de FARDC.

« C’est du chantage, parce qu’il y’a un pêcheur en eau trouble qui a trouvé qu’on supprime le département ou le ministère de la décentralisation qui était attribué à un notable Munyamulenge, et c’est comme ça qu’on veut effrayer les autres pour dire, si vous ne voulez pas nous accorder certains postes, nous allons rejoindre les groupes armés, » explique Jean-Moreau Tubibu.

Jean-Moreau Tubibu appelle les institutions de l’Etat Congolais à rester sereines et à juger sérieusement les déserteurs selon la loi.

Il sied de noter que, dans un rapport du Baromètre sécuritaire du Kivu sur la nouvelle cartographie des groupes armés dans l’Est de la RDC, publié le 22 février 2021, on compte au total 122 groupes armés différents.

Sur le même sujet: Hauts-plateaux Uvira-Fizi : vers une grande rébellion contre le pouvoir de Kinshasa au Sud-Kivu ?

 

Leave a Response