+243 859 360 592 info@deboutrdc.net
lundi, juin 21, 2021
Graduation Cap And Diploma On Table With Books
Education

SUD-KIVU : Prolifération des universités ébranlent la qualité d’enseignement

16005views

La prolifération des universités et instituts supérieurs dans la province est un défi majeur à relever par les autorités en province.  L’éducation étant un socle pour le développement, la pluralité des institutions supérieures affecte le niveau d’instruction en province. Dans une analyse faite par la rédaction de Deboutrdc,  plusieurs Universités et instituts supérieurs ne remplissent pas  le critère pour contribuer à l’émergence intellectuelle au Pays et en particulier en province. 

 La plupart de ces institutions fonctionnent dans des murs en bois,  certains dans des maisonnettes à triplex et  d’autres sont sous- logés dans des écoles.

La province du Sud-Kivu qui compte actuellement plus d’universités que d’ entreprises est une façon d’étouffer la province avec des chômeurs intellectuels.

« La province peut déjà compter un nombre important de jeunes qui ont même fini le cycle long, mais qui circulent dans toute la ville sans emploi. Au lieu de créer des entreprises capables d’offrir de l’emploi à la population, les entrepreneurs nous étouffent avec la création des Universités non viables,’’  se plaint Gracias Murhula, étudiant de l’ISDR Bukavu.

  Quant à Jonas Bahizire, un jeune étudiant,regrette le fait qu’on puisse enregistrer un grand nombre de professeurs issus de ces universités sans adresse qui assassinent la science.

 « Si nous marchons dans ce sens, la province du Sud-Kivu actuellement  en elle seule compte actuellement 250 universités et 165 professeurs à thèse. Mais si on pose à  quelqu’un où est ce qu’on peut trouver ces institutions  il ne saura pas les identifier ni les localiser.  Les unes logent dans des maisonnettes, d’autres dans des marchés, certaines fonctionnent dans des églises.  La science est vraiment bradée au prix d’un sandwich,» se lamente Jonas Bahizire, secrétaire exécutif provincial de l’espace inter plateforme de jeune de la RDC IPJ/RDC.

Ce dernier déplore le fait que dans les milieux ruraux, aucun mécanisme de création d’emploi serait envisagé, mais plutôt la naissance des petites universités sans infrastructures ni personnels qualifiés envahissent de l’espace.

L’université en tant qu’unique univers pour former la crème intellectuelle, sont restées comme des murs plein des rouilles et qui n’ont presque pas de la valeur.

Il y a trop de doute  sur la capacité intellectuelle de certains cadres et professeurs implantés dans la population. Pas d’authenticité de pièces académiques de certains personnels.

« Dans ces universités il y a en même des personnes qui n’ont pas un bagage  académique avéré mais qui parvient à être plébiscité Directeur Général ou Académiqueplus déplorable, dans certaines institutions ce sont des assistants qui jouent le rôle de DGquelle qualité de la science un tel personnel pourra-t-elle fournir ? » S’interroge Agawama Musole, professeur dans l’une des universités de la ville de Bukavu.

Toutes ces observations, des regrets et des suggestions sont orientées à l’encontre de l’autorité congolaise qui est appelée à assainir l’espace estudiantin de la province et du pays en général.

A en croire, les intervenant recommande à l’autorité congolaise d’appliquer des mesures drastiques pour mettre de l’ordre dans la boutique et procéder à la fermeture des universités bandits qui escroquent la population.

Par Marianne Kulimushi 

Leave a Response

× Contactez l'équipe de deboutrdc.net