+243 859 360 592 info@deboutrdc.net
mercredi, décembre 1, 2021
ActualitéEnvironnement

SUD-KIVU : Vote de l’édit portant protection des zones humides, une opportunité économique pour la province.

La province du Sud-Kivu se dote d’un édit portant protection des zones humides. C’était lors de la plénière tenue à l’hémicycle de l’assemblée provinciale le jeudi 28 Octobre 2021. Ceci est l’œuvre du député provincial David Mubalama dans le but d’éviter à la province du Sud-Kivu de succomber à des catastrophes naturelles.

Le Sud-Kivu est l’une des provinces de la République Démocratique du Congo dominée par un relief des montagnes. Son emplacement lui confère une biodiversité riche en zones humides tels que les marais, les rivières, le parc National de Kahuzi Biega, etc. La présence des lacs et de plusieurs zones marécageuses fait de cette province une réalité ne pouvant pas échapper au changement climatique.

Les zones humides qui sont presque partout dans cette province que ce soit dans ses villes ou ses milieux périphériques et ruraux favorisent la vie et l’avenir qui reposent sur des écosystèmes. Cependant, la vie a commencé dans les zones humides et l’avenir des écosystèmes repose sur ces zones car elles sont des milieux les plus productifs du monde et sont le berceau même de la biodiversité biologique parce qu’elles fournissent l’eau et la productivité primaire dont un nombre incalculable d’espèces de plantes et d’animaux, voire d’hommes dépendent pour leur survie.

L’honorable David Mubalama fait savoir que la nécessité de l’édit portant protection des zones humides qu’il a initié s’avère d’une importance capitale. Avec les effets que la planète est en train de subir suite au changement climatique, la République démocratique du Congo en général et la province du Sud-Kivu en particulier ne sont pas épargnées.

« L’édit en lui-même renferme plusieurs intérêts pour la province du Sud-Kivu. Les zones humides comme les marais, les cours d’eaux et les forêts si ils ne sont pas protégés exposent la province au changement climatique et à bon nombre de catastrophes naturelles. Avec cet édit beaucoup de choses liées au bouleversement des écosystèmes au niveau provincial seront évités », renseigne-t-il.

En plus, David Mubalama rappelle qu’en dehors des aspects environnementaux, il y a des aspects économiques liés à la protection des zones humides dans la mesure où ces zones une fois protégées feront objet du tourisme et cela renforcera la caisse de l’Etat.

« Le Sud-Kivu a beaucoup de marais mais qui sont mal utilisés. Une fois que la prise en compte des milieux humides et leur protection sera effective, l’agriculture sera boostée et ça sera un avantage pour nous tous. Ainsi, les activités agropastorales de la province seront améliorées mais aussi la ville aura sa part en développement en lieu et place que la nourriture nous provienne de l’extérieur. Nos zones humides en pleine exploitation dans plusieurs villages nous permettront de consommer des produits locaux et bios », a-t-il renchérit.

En outre, Josué Aruna, un acteur de la société civile environnementale, se réjouit du vote de l’édit portant protection de zones humides au Sud-Kivu. Il fait savoir que les rôles que jouent ces zones dans la vie de l’homme sont de plus en plus intéressants. Pour lui, penser à la protection des zones humides reste un atout au développement de la province.

« Au Sud-Kivu, nous avons deux types des zones humides. Les zones humides intérieures entre autres les marais, les étangs naturels, les forets humides, les eaux thermales, les rivières, etc. et les zones humides artificielles comme les rizières, les étangs piscicoles, des barrages. Ces zones humides jouent un rôle important dans la vie de l’homme et sans lesquelles on ne peut avoir de l’eau que nous consommons, de la nourriture ainsi que l’huile qui provient de certaines plantes. Nous félicitons les décideurs politiques, tous les députés provinciaux,  particulièrement David  Mubalama Ganywamulume qui a pensé au bien-être environnemental en proposant cet édit. Cet élu a compris la nécessité de doter la province de cette loi qui est la toute première en République Démocratique du Congo, mais aussi en Afrique centrale ».

Bien que la cartographie des zones humides reste jusque-là inconnue, l’édit voté le 28 octobre 2021 reste porteur de plusieurs informations liées à l’environnement. Cet édit qui renferme des connaissances sur les opportunités que représentent les zones humides, démontre le privilège de penser à les protéger car elles fournissent fréquemment les avantages économiques considérables tels que l’alimentation en eau, la pêche, l’agriculture grâce au renouvellement des nappes phréatiques et à la rétention des matières nutritives dans les plaines d’inondation, le bois d’œuvre et autres matériaux de constructions ; les ressources énergétiques telles que la tourbe (matières formées par des plantes en état de décomposition), la litière (paille que l’on répand et sur laquelle dorment les animaux), la faune et la flore sauvage ainsi que le transport et toute une gamme d’autres produits des zones humides y compris les plantes médicinales et possibilités de loisir et tourisme

Il sied de signaler  que cet édit attend  sa promulgation par le Gouverneur de province pour qu’il soit mis en œuvre et opposable à tous. En attendant, le député David Mubalama appelle la population du Sud-Kivu à s’en approprier.  Nous devons faire le mieux possible pour que  cet édit soit vulgarisé et traduit dans toutes les langues pour une meilleure compréhension.

Diaz Bahati

Leave a Response

Open chat
Bonjour!
Deboutrdc.net est à votre écoute!
Vous voulez nous contacter? Cliquez juste ce bouton à coté!
× Contactez l'équipe de deboutrdc.net