+243 859 360 592 info@deboutrdc.net
ActualitéConsolidation de la paixDDH et JournalisteJustice

URGENT : détention prolongée de 5 activistes à la prison Munzenze de Goma, un appel urgent pour exiger leur libération.

420views

« Neuf organisations de défense de droits humains plaident pour la libération de cinq activistes détenus à la prison centrale Munzenze de Goma dans la province du Nord-Kivu. Il s’agit respectivement de trois des mouvements citoyens Jicho la Raiya  arrêtés en Mars et deux de la LUCHA en Juin 2021 ».

Dans une lettre conjointe adressée à différentes personnalités du pays, neuf organisations intervenant dans le domaine de protection et défense des droits humains sollicitent la libération de 5 activistes pro-démocratie exerçant au sein de la lucha et de jicho la raiya, au regard de leur détention prolongée. Les organisations signataires sont entre autres:  Partenariat pour la Protection Intégrée (PPI), Synergie Ukingo Wetu (SUWE, Nord-Kivu), Agir Ensemble pour les Droits Humains(AEDH), Information Juridique Multisectiorielle (SOSIJM), Arche d’Alliance ( ARAL), Haki Zangu, Réseau de Protection des Défenseurs des Droits de l’Homme Victimes et Témoins (VIWINE, Sud-Kivu), Réseau de Protection des Défenseurs des Droits Humains Victimes, Témoins et Professionnels des Médias (REPRODEV, Kinshasa), Réseau de Protection des Défenseurs des Droits de l’Homme victimes et Témoins (REPRODHOVIT, Sud-Kivu/Uvira et Fizi)

Elles font savoir que ces activistes sont en détention à la prison Munzenze depuis Mars et Juin 2021 et ne bénéficient d’aucune mesure de grâce, voire la fixation de leur dossier devant le juge compétent, et cela en violation des lois de la république.

« Honorables, Excellence, Mesdames, Messieurs les dignes Représentants de l’Etat Congolais et de la Province du Nord Kivu, étant donné que ces arrestations dont sont victimes 5 jeunes sont entachées d’irrégularités chacune à son niveau, il y a lieu de noter des violations flagrantes des certaines dispositions de notre prestigieuse constitution et de l’édit n° 001/2019 du 30 novembre 2019 portant protection des défenseurs des droits humains en province du Nord-Kivu, » peut-on lire dans ladite déclaration.

Bien que ces organisations essaient de mener un plaidoyer auprès des personnes habilitées en faveur de ces jeunes activistes aux arrêts, elles attirent l’attention de ces dernières sur la situation calamiteuse que traversent ces 5 Jeunes épris de paix et qui exercent leur ministère dans deux mouvements citoyens différents.

Cependant, ces organisations dénoncent avec la dernière énergie les multiples arrestations arbitraires auxquelles sont en train de faire face les défenseurs des droits humains. Elles appellent les autorités judiciaires congolaises à prendre conscience des droits inaliénables à la personne humaine comme le prétend le président de la République.

« Eu égard à ce qui précède, nos organisations condamnent fermement ces arrestations qu’ils qualifient d’arbitraires et ainsi exhortent les autorités judiciaires congolaises de n’appliquer rien que la loi en oubliant pas la liberté d’association et d’expression qui, d’ailleurs rencontre la volonté du président de la République Démocratique du Congo, son Excellence Antoine Felix Tshisekedi Tshilombo qui prône l’Etat des droits. »

Ces organisations plaident auprès des autorités compétentes en vue d’obtenir une libération pure et simple de ces activistes des droits humains victimes de leur travail et qui ne bénéficient d’aucune protection telle que prévue par la constitution de la RDC et de l’édit portant protection des défenseurs des droits humains en Province du Nord-Kivu.

Rappelons que les trois activistes du mouvement Jicho la Raiya sont aux arrêts pour avoir mené des actions citoyennes dans le but de solliciter le changement des agents du bureau central de la zone de santé et de l’hôpital général de référence de Kirotshe. Quant à leurs collègues de la lucha, ils ont été arrêtés sur plainte de la fondation Denise Nyakeru Tshisekedi, après que leur mouvement a publié un tweet dénonçant un détournement de dons des sinistrés par les agents de ladite fondation, lors de l’éruption du volcan Nyiragongo au mois de Mai 2021 à Goma dans la province du Nord-Kivu.

Hortense Zabona                                                                                                      

 

           

Leave a Response

'
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial
LinkedIn
Share
WeChat
WhatsApp