+243 859 360 592 info@deboutrdc.net
ActualitéDDH et JournalisteInsécuritéPolitique

ITURI : Trois détenus meurent dans moins d’une semaine dans la prison centrale d’Aru en Ituri, PPI alerte sur les conditions carcérales infrahumaines

230views

Les conditions carcérales dans la prison centrale d’Aru, province de l’Ituri en République Démocratique du Congo inquiètent énormément les défenseurs de droits de l’Homme. L’organisation de défense des droits de l’Homme Partenariat pour la Protection Intégrée, PPI, a fait une alerte sur la situation alarmante dans laquelle vivent les détenus de la prison centrale d’Aru en Ituri.

PPI alerte sur les conditions de vie dans lesquelles sont placés les détenus de plusieurs prisons en RD Congo, plus particulièrement ceux de la prison centrale d’Aru en Ituri en besoin d’assistance du gouvernement central.

Pour Me Pascal Mupenda, directeur des programmes RDC de l’organisation de défense des droits humains Partenariat pour la Protection Intégrée (PPI), la prison centrale d’Aru présente une situation infrahumaine, et le pire qu’on craignait est déjà là au grand silence du gouvernement.       

« Nous le dirons assez. La situation de la prison centrale d’Aru est alarmante et nous continuons toujours à condamner le silence des autorités qui ne veulent pas agir au plus vite face aux conditions carcérales infrahumaines qu’endurent les détenus. Nous alertons tous les jours et voilà qu’aujourd’hui, trois personnes trouvent la mort dans moins d’une semaine. Nous condamnons cet abandons de détenus et demandons à l’Etat congolais de prendre ses responsabilités parce que ce sont des vies humaines qui sont exposées et il doit agir urgemment », martèle Maître Pascal Mupenda, directeur des programmes PPI.

Bien plus, cette organisation de défenseurs des droits humains fait savoir que la situation reste difficile à décrire dans la prison d’Aru où les prisonniers n’ont pas à manger, et moin encore des médicaments, au-delà du surpeuplement, avec comme conséquence directe, les décès et différentes maladies telles que le  kwashiorkor, le gonflement des pieds, la tuberculose, la gale, etc.

Eu égard à cette situation PPI appelle l’Etat congolais à une règlementation de tous les aspects pouvant concourir à l’amélioration des conditions carcérales tant au niveau national que provincial, mais également en subventionnant cette prison et faire la traçabilité de la somme y affectée.

Signalons que dans certaines de ses précédents rapports de monitoring des prisons en RDC, PPI ne cesse de déplorer les mauvaises conditions dans lesquelles vivent la plupart des détenus en RDC, particulièrement les prisons d’Angenga en équateur, Munzenze au Nord-Kivu ainsi que Kalehe, Kamituga et Uvira au Sud-Kivu qui ne réunissent pas les conditions minimums pour les détenus qui y vivent.

Hortense Zabona.

Leave a Response