+243 859 360 592 info@deboutrdc.net
mardi, janvier 18, 2022
ActualitéPolitique

KABARE : Vive tension à Lugendo, la population conteste la réinstallation du chef de village de Kashimbi

Une vive tension est signalée la matinée de ce jeudi 13 janvier 2022, dans le village Kashimbi, groupement de Lugendo dans le territoire de Kabare en province du Sud-Kivu. La population en colère est descendue dans la rue pour dire non à la réinstallation de l’ancien chef de village de Kashimbi destitué il y a trois ans pour incapacité de gestion de cette entité coutumière.

La matinée de ce jeudi 13 janvier 2022 est mouvementée à Kashimbi. La population du village Kashimbi dans le groupement de Lugendo conteste la reprise des fonctions par leur chef de village alors déchu trois ans durant pour incapacité de gestion.

Selon la société civile de Lugendo qui alerte sur cette situation, c’est depuis hier soir qu’il y a des rumeurs qui circulent sur une quelconque réinstallation de Namasheke Oswald alors contesté par la population pour plusieurs griefs.

Pour Mongane Rukiko Jospin président de la société civile de Lugendo, la réinstallation de l’ancien chef de village de Kashimbi du nom de Namasheke qui a été contesté par la population en colère paralyse les activités  dans cette partie du territoire de Kabare.

« C’est la décision de l’administrateur du territoire de Kabare portant réinstallation de l’ancien chef de village de Kashimbi qui crée la psychose dans le chef de la population de cette entité qui est descendue dans la rue pour contester. Nous avons parlé avec l’administrateur du territoire quand à ce, mais il est resté catégorique et a donné l’ordre de mission à son adjoint dans le cadre de réhabiliter cet ancien chef. Malgré notre appel à l’administrateur de territoire, son adjoint a procédé à la cérémonie de réinstallation au domicile de Namasheke alors contesté par la population », renseigne Jospin.

Rukiko Jospin ajoute que l’incapacité notoire de gestion de l’entité, l’ivresse publique, la division de sa population pour des intérêts égoïstes ainsi que l’incapacité de gestion des conflits de ses sujets sont les principales causes de désaveux de ce « soi-disant » chef de village par sa population.

Joint au téléphone, l’administrateur adjoint du territoire de Kabare, Byumanine Mushobekwa Justin réfute toutes les informations concernant une quelconque tension au village Kashimbi. Il renseigne cependant que la situation est revue au calme et que de petits bruits signalés sont l’œuvre des personnes en mal de positionnement qui ne cessent de vouloir soulever la population contre le nommé Namasheke Oswald en vue d’empêcher sa réinstallation entant que chef du village de Kashimbi.

« Tout d’abord, cette information est erronée. Au contraire le chef de village Namasheke a été désigné conformément à la coutume et cela sur base de la décision de reconnaissance de l’administrateur de territoire en tant que tel, tel que la loi portant statut de chefs coutumiers le stipule. Ce chef de village avait été victime d’une injustice de la part du secrétaire de la chefferie qui a, pour des raisons inconnues, procédé à sa suspension ; ce qui est illégal et tout ceci avant notre avènement à la tête du territoire de Kabare au titre d’ATA chargé des questions politiques et administratives », renseigne-t-il.

En outre, Justin Mushobekwa fait savoir que l’autorité territoriale a pris la décision de réintégrer Namasheke Oswald dans ses anciennes fonctions de chef de village ; chose qui a été faite et la cérémonie de sa réinstallation a bel et bien eu lieu avec toute quiétude. Il ajoute néanmoins qu’il y a eu deux ou trois jeunes enivrés par l’intérimaire qui ont essayé de brûler quelques pneus mais qui ont compris plus tard que ça ne valait pas la peine et qui ont rouvert la route. Il n’y a eu ni casse, ni dégât et la situation reste calme et paisible dans Kashimbi.

Contacté par deboutrdc.net, Namasheke Oswald n’a pas été joignable.

Pour rappel, il y a trois ans déjà que le nommé Namasheke Oswald, chef de village Kashimbi avait été destitué de ses fonctions par la population. Celle-ci l’accusait de plusieurs griefs notamment l’incapacité de gestion, la protection des groupes armés qui étaient à la base de tracasseries de la population nuit et jour, etc. Sa destitution avait été approuvée par le chef de chefferie sa majesté le mwami Kabare et la chefferie avait désigné un autre chef du nom de Salongo Munene Salomon pour assumer son intérim.

Hortense Zabona

Leave a Response

Open chat
Bonjour!
Deboutrdc.net est à votre écoute!
Vous voulez nous contacter? Cliquez juste ce bouton à coté!
× Contactez l'équipe de deboutrdc.net