+243 859 360 592 info@deboutrdc.net
ActualitéConsolidation de la paixJusticeLeadership

RDC : Les réseaux des femmes congolaises pour la paix et la sécurité exigent la fin des tueries à l’Est de la RDC.

218views

« 2022, Zéro goutte de sang en RDC, Trop c’est trop ! » est le SOS lancé par les réseaux des femmes congolaises pour la paix et la sécurité en RDC. C’était à l’occasion d’un point de presse tenu le lundi 17 janvier 2022 dans la ville de Bukavu en province du Sud-Kivu au cours duquel une déclaration en ce qui concerne la situation socio-politique et sécuritaire à l’Est de la RDC a été rendue public.

Dans une déclaration rendue public le lundi 17 janvier 2022, les réseaux des femmes congolaises pour la paix et la sécurité en RDC ont exprimé leur ras-le-bol en ce qui est de la situation sécuritaire qu’elle qualifie de génocidaire, au regard des tueries en répétition des civils et militaires qui continuent à endeuiller la nation en général et plusieurs familles en particulier.

Pour madame Mireille Miremba, point focale des réseaux des femmes pour la paix et la sécurité au Sud-Kivu, sa structure demeure préoccupée par plusieurs cas de violations des droits humains et d’atteinte à la liberté d’expression, à la dignité humaine ainsi que la précarité des conditions sociales, économiques et infrastructurelles, des réalités qu’ils jugent des conséquences fâcheuses qui constituent les multiples situations inhumaines contributives de la dégradation sans précédent de la situation sociopolitique et sécuritaire en RD Congo.

« Vu la situation socio politique actuelle en République Démocratique du Congo, les multiples tueries de nos compatriotes congolais à l’Est du pays dues à la situation sécuritaire très précaire et qui se dégrade de plus en plus dans notre pays, et considérant les promesses de restauration de la paix sur toute l’étendue du territoire national telles que faites par le Chef de l’État et le gouvernement de la République, et aussi tenant compte du fait que toutes les couches de la population sont affectées d’une manière ou d’une autre par cette situation désastreuse, civils et militaires car les militaires qui perdent leurs vies sont juste sous le drapeau et issus de toutes les tribus de la RDC qui laissent derrière eux veuves et orphelins», plusieurs recommandations ont été formulées.

Au gouvernement national, ces réseaux insistent sur l’arrêt immédiat des tueries qui sont commises en RDC en général et au Nord-Kivu, au Sud-Kivu et en Ituri en particulier, à l’actualisation et la mise en application des recommandations issues du rapport mapping des Nations unies sur la République démocratique du Congo et à la mise en place d’un Tribunal pénal pour la République démocratique du Congo en vue de juger les auteurs du « Génocide en RDC» qui date d’une vingtaine d’années, mais qui s’accentuent de plus en plus selon la situation en face et d’indemnisation des victimes ainsi que de leur réhabilitation.

Aux nations unies, ces réseaux demandent une implication active et sans complaisance dans l’arrêt des hostilités qui endeuillent les familles à l’Est de la RDC depuis une vingtaine d’années sous leur observation car à croire ces réseaux, cela devient inacceptable et une autre goutte versé en leur présence sera de trop.

Hortense Zabona

Leave a Response