+243 859 360 592 info@deboutrdc.net
Détenus agonisant à la prison de Kalehe. Photo tiers, juillet 2021.
Détenus agonisant à la prison de Kalehe. Photo tiers, juillet 2021.
ActualitéJusticePolitique

SUD-KIVU : Affamés, les détenus de la prison de Kalehe écrivent à la LUCHA

1.11Kviews

Le 09 juin 2022, les détenus de la prison centrale du territoire de Kalehe dans la province du Sud-Kivu dans l’Est de la République Démocratique du Congo ont adressé une lettre de demande d’assistance au mouvement citoyen Lutte pour le Changement, LUCHA. Ces prisonniers dépeignent la situation de manque de nourriture qu’ils traversent dans cette maison carcérale oubliée !

D’une page écrite à la main et d’un ton pitoyable, la correspondance ne demande que de la nourriture et les moyens de la cuire.

« Sur ce, nous, prisonniers et vulnérables, il fait maintenant deux jours que nous n’avons quoi mettre sous la dent (pas de farine, pas de haricot,…) et moins encore le bois de chauffe », peut-on lire dans cette note rédigée en Swahili.

Pourquoi la LUCHA ?

Le mouvement citoyen LUCHA Section de Kalehe a toujours volé au chevet des détenus de la prison centrale de Kalehe. Qu’il s’agisse d’alertes, d’actions de plaidoyer pour l’amélioration des conditions dans cette prison ou d’assistance en vivres et non vivres, la LUCHA a toujours été là. D’ailleurs, depuis 2020, le gouvernement congolais ne subventionne plus cette prison qui enregistre un nombre élevé des détenus malnutris.

« En 2021, nous avons apporté une assistance aux pensionnaires de la prison centrale de Kalehe à 4 reprises. Depuis 2022, à part la série d’alertes faites sur le manque d’eau, de médicaments et de nourriture, nous y avons effectué deux visites d’assistance et la dernière remonte au mercredi 18 mai. A l’occasion, nous avions remis quelques kilos de farines de maïs, haricots, savons et eau », a fait savoir à deboutrdc.net Valet Chebujongo, militant de la Lucha dans le territoire de Kalehe et membre de la plate-forme SOS PRISONS RD CONGO.

D’un côté, Valet a aussi déploré le délaissement par les autorités congolaises des prisonniers et les conditions « désastreuses » dans lesquelles ils vivent et, de l’autre, remercié toutes les personnes de bonne volonté qui, à travers la LUCHA Section de Kalehe, assistent ces prisonniers.

Valet, tout en reconnaissant le geste du gouvernement provincial qui a récemment envoyé des médicaments et des vivres pour ces pensionnaires dont la santé semble s’améliorer à présent, il invite les autorités à une promptitude et n’attendre pas que les alertes soient faites pour agir.

Lire aussi: Sud-Kivu: 15 détenus de la prison de Kalehe entre la vie et la mort

A la prison centrale de Kalehe

De sa part, le Directeur de la prison de Kalehe, Mastaki Murhimbo Gilbert, remercie le gouvernement provincial qui a remis des vivres et médicaments à la prison le 19 mai 2022. Il mentionne cependant que sa prison connait une surpopulation car il y a été déversé d’autres prisonniers en provenance de Minova et ceux impliqués dans l’affaire Parc National de Kahuzi Biega. Au lundi 13 juin 2022, le nombre est ainsi passé de 73 à 105. Ce qui fait qu’il y ait surconsommation.

Mastaki plaide pour que la prison centrale de Kalehe figure sur la liste des prisons subventionnées par le gouvernement car, dit-il, sans cette subvention, les conditions carcérales laisseront à désirer.

Au ministère de tutelle

Théodore Museme, conseiller du Commissaire Général en charge de la justice et droits humains en province, souligne que les détenus n’ont pas à se plaindre car le gouvernement provincial venait de répondre aux besoins de la prison.

Museme estime que la « soi-disant » lettre des prisonniers ne peut être qu’un tract initié par les détracteurs qui veulent faire du chantage inutile. Il fait savoir que le gouvernement provincial se range en ordre utile pour répondre à la demande une fois introduite par le Directeur de la prison et non par les détenus.

Museme indique aussi que les démarches sont en cours pour inscrire la prison de Kalehe sur la liste des prisons qui bénéficient de la subvention mensuelle.

La question des prison en RDC

Actuellement, plusieurs organisations tant provinciales, nationales qu’internationales travaillent sur la question d’ « humanisation » des prisons en RDC. Ils mènent un plaidoyer acharné auprès de différents partenaires dont l’Etat congolais.  Ce plaidoyer va beaucoup plus dans le sens d’amener les autorités congolaises à améliorer les conditions carcérales dans toutes les prisons à travers le pays.

Il y a 3 jours l’ONGDH Partenariat pour la Protection Intégrée, PPI, a alerté sur un nouveau cas de décès d’un détenu de suite de faim à la prison de Kamituga, à plus ou moins 135 Km à l’Ouest de Bukavu, en province du Sud-Kivu. Dans cette prison «sans nourriture et sans médicament », le nombre de décès s’élève à quatre depuis le début de l’année et « la quasi-totalité des détenus sont gravement malades et en danger », alerte PPI.

A part le Sud-Kivu où plusieurs cas de décès ont été enregistrés dans les prisons suite aux tortures et mauvaises conditions carcérales, plusieurs autres prisons à travers la RDC enregistrent des morts à un rythme inquiétant. A la prison centrale de Mbandaka, en province de l’Equateur, il a été enregistré 11 cas de décès depuis le début de l’année 2022 jusqu’au 14 mai de la même année.

Ahana Bryan

Leave a Response