+243 859 360 592 info@deboutrdc.net
Furaha Toto et Venantie Bisimwa
Furaha Toto et Venantie Bisimwa
Politique

BUKAVU : « Avoir des bons résultats à la fin du mandat » est la devise de 2 femmes bourgmestres adjointes

1.24Kviews

La présence des femmes aux postes de gestion des entités territoriales décentralisées (ETD) demeure un grand défi malgré les différents textes que possède la République Démocratique du Congo sur la parité et l’égalité de genre.

Au mois de mai 2022, nous avions réalisé un reportage sur « La présence des femmes à la tête des institutions de base ; un défi à relever ». Six mois après, soit en novembre 2022, le Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi, a nommé les nouveaux animateurs des ETD particulièrement les bourgmestres et les maires de villes. Bien avant cette nomination, il n’y avait aucune femme dans la gestion depuis plus de 10 ans. Le Sud-Kivu qui compte à présent 4 villes dont Bukavu, Uvira, Baraka et Kamituga, a eu des nouveaux animateurs seulement pour la ville de Bukavu car les trois autres villes sont encore nouvellement créées.

La ville de Bukavu, quant à elle, a eu de nouvelles figures dans les trois communes qui la constituent. Ici, deux femmes notamment Venantie Bisimwa et Furaha Toto ont été nommées bourgmestres adjointes de la commune de Bagira et d’Ibanda respectivement.

Furaha Toto, bourgmestre adjointe d’Ibanda se réjouit d’être la 2ème femme à la commune d’Ibanda après feu Hendwa Ciza. Pour elle, la période de la discrimination est révolue.

« Ayant pris connaissance de ma nomination, j’ai été contente de voir que le Président a placé sa confiance en moi ».

Par ailleurs, Venantie Bisimwa, bourgmestre adjointe de Bagira, n’a pas « sauté de joie ». Toutefois, elle n’a pas rejeté l’offre.

« Personnellement je n’ai pas sauté de joie mais je n’ai pas éprouvé un sentiment de mépris ou de rejet de l’offre. Pour quelqu’un d’engagé et qui a beaucoup lutté pour rejoindre les institutions par la voie électorale, je me suis dit que quelque part mes ambitions ont été remarquées. Ce qui est un pas ».

Les élections approchent…

« Nous sommes consciente que la femme congolaise a été mise à l’écart depuis longtemps dans la gestion de la chose publique. Etant donné que nous sommes déjà en poste, nous menons des plaidoyers pour que d’autres femmes accèdent aux postes de responsabilité comme les hommes. Étant une entité décentralisée, nous avons un programme commun et les plaidoyers que nous menons se font pour l’intérêt de toute notre communauté. Nous luttons contre l’insécurité et l’insalubrité mais aussi nous organisons nos équipes pour la maximisation des recettes pour notre commune », précise Furaha Toto.

Les élections qui pointent à l’horizon sont vues par Furaha comme une compétition que les femmes doivent nécessairement gagnée.

« Nous exhortons ainsi les femmes à se préparer davantage aux prochaines échéances électorales à tous les niveaux pour espérer occuper des postes de commande car rien ne nous sera donné gratuitement mais plutôt par notre travail bien fait », conclut la bourgmestre adjointe de la commune d’Ibanda.

Si pour la commune d’Ibanda la bourgmestre adjointe semble avoir les mains libres, pour Bagira, Venantie Bisimwa se sent liée et asphyxiée dans sa position d’adjointe.

Le 14 avril 2023, cinq mois seulement après sa nomination, la bourgmestre de Bagira a, dans une correspondance adressée à son titulaire Patience Bengehya, dénoncé le non-accès aux avantages de son poste. Dans cette lettre, elle a fustigé le fait de ne pas être associée dans certaines décisions de la commune de Bagira.

Malheureusement cette frustration semble prendre des racines dans la gestion de cette commune.

« Il est attendu de femmes plus d’efforts que d’hommes dans notre société. Le service à la communauté et aux groupes que j’ai toujours rendu avec satisfaction si on s’en tient aux changements observables sur terrain, ce service demeure mon cheval de bataille. Notre capacité de mobilisation des ressources humaines, matériels, financières et politiques, est un atout majeur dans la réalisation de notre mission actuelle ».

Venantie Bisimwa croit que la grande limite que peut connaitre sa gestion est tout simplement sa position d’adjointe en face d’un leadership de son titulaire qui s’avère « non collaboratif ». Toutefois, elle s’engage à travailler pour que règne le climat d’entente au sein de sa commune pour atteindre les objectifs visés.

« Nous continuerons à œuvrer pour parvenir à un climat d’entente et de collaboration; en d’autres termes, obtenir les droits et avantages qui sont réservés sans lesquels la marge de manœuvre pour atteindre les résultats palpables va demeurer réduite ».

Encore loin de la parité

La Vice-présidente du Bureau de coordination de la société civile estime que le Sud-Kivu en particulier et la RDC en général sont encore loin de respecter les textes légaux sur la parité.

« La parité n’est pas accomplie jusque-là. On est en dessous de la moyenne. Quand vous regardez les ordonnances qui ont nommé les responsables de la petite territoriale, il y a moins de 30% des femmes. C’est inacceptable car nous avons la loi sur la parité qui complète l’article 14 de la constitution. Avoir 2 bourgmestres adjointes, on ne peut pas s’en prévaloir », mentionne-t-elle.

Quoique moins convaincue par le respect de la représentativité des femmes, Néné Bintu invite les femmes à être présentes aux prochaines élections.

« Qu’à cela ne tienne, nous tendons vers les élections et ces postes sont électifs et non nominatifs. Nous encourageons les femmes à se présenter aux élections afin qu’elles soient élues bourgmestres, maires, conseillères communales, députées, présidente de la République. Ce n’est que là que la parité aura un contenu fort »,

conclut Néné Bintu, Vice-présidente du bureau de coordination de la société civile du Sud-Kivu.

Pour rappel, ces deux femmes viennent s’ajouter à la liste de six autres femmes qui ont pu gérer les communes de Bukavu depuis 1970. Il sied également de noter qu’en 2008, soit 2 ans après les premières élections démocratiques en RDC, des femmes étaient nommées titulaires pour chaque commune ainsi qu’à la mairie de la ville de Bukavu.

Esther Kanga, JDH

Vous aimez nos contenus?

Deboutrdc.net met tout son cœur pour réaliser des contenus interactifs et immersifs que vous pouvez retrouver sur tous vos supports. Journalistes, photographes, graphistes et développeurs collaborent étroitement pendant plusieurs jours ou semaines pour vous proposer des interviews et des analyses qui répondent à une grande exigence éditoriale. Leur réalisation prend du temps et des ressources considérables. Nous sommes cependant persuadés que ces investissements en valent la peine et avons fait le choix de laisser ces contenus en libre accès et dépourvus de publicité. Un choix rendu possible par ceux qui croient en l'indepenance de notre média. Pour continuer à travailler en totale indépendance éditoriale et produire des contenus interactifs, deboutrdc.net compte sur vous. Si vous souhaitez nous soutenir, veuillez nous écrire à

directeur@deboutrdc.net ou via WhatsApp à +243 854566913

.

Leave a Response

'
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial
LinkedIn
Share
WeChat
WhatsApp