BUKAVU : Construction de la source de FUNU, un projet raté (Habitants)

0
196

La source d’eau de Funu réhabilitée par la mairie de Bukavu dans le cadre du budget participatif, sous le financement de la fondation musulmane Polyclinique Al-IMDAAD, génère déjà  de mécontentement. Les habitants de Cimpunda, Mosala et Funu condamnent la mairie  et la société de distribution d’eau dans la ville de Bukavu (Regideso,) pour avoir mal exécuté le projet. Ils accusent la REGIDESO d’avoir créée un désagrément dans les installations de ses tuyaux de conduite. Pour la population, la Regideso à joué à l’égoïsme en créant une pente qui draine une grande quantité d’eau vers son tuyau, cela au detriment de l’eau que profitait gratuitement la population.

Dans leur déclaration, les bénéficiaires louent la bonne foi et volonté d’AL-Imdaad qui se serait inscrite dans la philosophie de servir la population et demande que le projet soit refait. ces derniers promettent passer à des actions citoyennes si jamais rien n’est fait pour retourner la source à son état normal. Ils prévoient procéder à la démolition de ces installations du projet pour l’adapter.

Les bénéficiaires de cette infrastructure d’intérêt public crient déjà au détournement du projet et à la désorientation de l’objectif. La population dans ce coin de la ville, présente son indignation devoir que le projet de modernisation de certaines sources publiques sont mal entretenues par quelques autorités. la source de FUNU qui desservait gratuitement depuis longtemps la population riveraine, le tarif serait aujourd’hui fixé à 200 FC par bidon de 20litres. les habitants condamnent avec toute énergie la manière dont la source est montée pour défavoriser la population, ainsi que ce système de paiement fixé.

’Nous confirmons que le projet a échoué, mais l’organisation qui est venue construire avait une bonne foi. Nous jetons un discrédit à la Regideso, et aux ingénieurs de la mairie qui ont construit la source et d’ailleurs nous présumons qu’il y aurait eu un complot entre ces derniers et la Regideso pour désorienter le projet. Nous sommes entrain de nous demander si réellement la réhabilitation de ce tank d’eau était pour servir la population ou soit pour nous détourner le projet ?’’ S’interroge Bezo Mulegwa membre du comité de suivi du projet.

”Vaut mieux avant le projet que maintenant”, s’exclament les femmes de Funu, cimpunda et Mosala qui dénoncent la grande léthargie avec laquelle le projet serait réalisé. Ces derniers recommandent à tout partenaire qui pourra les accompagner de travailler avec les ingénieurs crédibles qu’eux-mêmes peuvent contrôler.

‘’C’est vraiment un regret terrible de voir que le bienfaiteur a voulu nous offrir une source moderne, mais nos autorités nous la détourne comme d’habitude. Le but était de faciliter à la population de Cimpunda, Buholo et Mosala de profiter de l’eau potable et en grande quantité, mais les ingénieurs de la mairie étaient en complicité avec les agents de la Regideso. Aujourd’hui toute la population est furieuse et se demande s’il faut détruire le projet ou soit rappeler les ingénieurs pour réajuster le travail ? Pour qu’un bidon soit rempli il faut au moins une heure de temps et l’eau que nous puisons c’est vraiment sale,’’ regrettent les femmes de ce coin.

Notre source regrette le fait que les ingénieurs de la mairie qui n’ont pas voulu suivre les conseils sages de ceux qui connaissaient l’orientation de cette source, mais les ont qualifié des maibobo.

La réalisation de ce projet divise la communauté de cimpunda, Funu, Mosala. Certains leaders faisant parti du comité sont devenus des sujets d’attaque et de moquerie en les accusant d’avoir comploté avec la Regideso pour lui vendre la source. Ces derniers préviennent le maire Bilubi sur le tempérament de la population qui envisagerait d’autre actions pour faire parvenir leurs revendications et exiger que l’eau coule encore comme au par avant.

Contacté, Al-Imdaad une organisation musulmane et partenaire de la mairie dit avoir répondu à la demande de l’autel de ville  qui dans son programme du budget participatif lui aurait soumis des projets de construction d’addiction d’eau dans les communes.

’Notre organisation n’est pas l’exécutante  de ce projet, nous avons seulement financé en répondant à la demande de la mairie de Bukavu. Les ingénieurs ne sont pas les nôtres mais nous avions une équipe de suivi. Si la population n’a pas eu suffisamment d’eau c’est suite à la pente que la Regideso aurait créée et qui ne permet plus que l’eau soit bien déversée dans le Tank,’’ nous confie une source proche de la fondation Polyclinique AL-IMDAAD Bukavu

Signalons que la Regideso aurait porté plainte contre la fondation Polyclinique Al-IMDAAD sous prétexte que cette dernière l’aurait préjudiciée en construisant la source de FUNU.

Patrick Babwine

 

Comments are closed.