Bukavu : Eclairage public, une vraie arnaque (Habitants)

0
188

L’éclairage public est un luxe dans la ville de Bukavu au Sud-Kivu en RDC. Chose étonnante, chaque abonné de la Société Nationale d’Electricité, SNEL paie 1% du total de sa facture à la mairie de Bukavu qui est censé éclairer la ville. Malheureusement, à partir de 18h00, Bukavu ressemble à un village se plaint un habitant de la ville de Bukavu.

Sur la grande artère de la ville de Bukavu càd sur avenue Emery Patrice Lumumba, des poteaux de la SNEL et des lampadaires existent. Ces dispositifs sont juste un ornement pour impressionner des visiteurs pressés qui passent par la ville la journée.

De la place Mulamba en passant par la mairie vers Feu-Rouge jusqu’au cabinet du gouverneur, aucune lampe n’est allumée à partir de 18h. C’est du noir. Seul quelques lampes à panneaux solaires des privés restent allumées.

Une situation qui accentue l’insécurité et des accidents nocturnes, précise Jackson Kalimba président ad intérim du bureau urbain de la société civile.

La question que d’aucun se pose où va l’argent perçu par la SNEL pour le compte de la mairie qui doit éclairer la ville.

« Le bureau urbain de la société civile du Sud-Kivu a remarqué que les tronçons principaux de la ville de Bukavu, ne sont pas éclairés et pourtant les frais d’éclairage public sont mentionnés dans la facture de la SNEL que paye la population du Sud-Kivu et que la mairie doit utiliser pour cette fin. Ainsi, nous projetons mener des actions concrètes pour l’utilisation de ces fonds et que la population en soit informée pour raison de redevabilité », peut-on lire dans lettre de la société civile.

Selon une source proche de la SNEL, tout l’argent récolté par la SNEL est envoyé à la mairie et que l’utilisation de cet argent n’incombe plus à la SNEL.

Depuis 2019, deboutrdc fait le suivi de ce dossier à la mairie sans succès.

Meschack Bilubi, Maire de Bukavu, reconnait que son institution reçoit le 1% sur chaque facture que les abonnés de la SNEL payent, mais estime que cela est insuffisant pour alimenter la ville en éclairage public. Celui-ci regrette de constater que la SNEL continue de facturer l’hôtel de ville sur chaque poteau installé dans la ville, ce qui rend la matérialisation de ce projet plus difficile.

« Ce 1% nous coûte beaucoup puisque la SNEL nous facture tous les poteaux installés dans la ville de Bukavu, qu’ils soient en train d’éclairer ou non ils facturent. Depuis mon arrivée à la mairie, nous avons perçu 13 millions, les gens pensent que c’est beaucoup, mais ce n’est pas suffisant », nous avait-il affirmé en 2019 à son cabinet de travail.

Une année après, les abonnés de la SNEL continuent à payer cette taxe dite éclairage public sans contrepartie visible.

Ce paiement révolte certaines personnes qui pensent que désormais tout abonné de la SNEL doit soustraire de sa facture total le montant indiqué comme taxe sur l’éclairage public.

 

 

Comments are closed.