BUKAVU: L’arrestation de Deo Kurasa, une fausse information.

0
251

Contrairement au message qui circule sur les réseaux sociaux, accusant Kurasa d’avoir installé les drapeaux  de la nouvelle république,  Deo Kurasa,  chef de quartier Nyakukemba est en liberté et circule. Contacté par la rédaction Deboutrdc, ce dernier dément tous ces propos qu’il qualifie de calomnieux et présente ses regrets de voir que plusieurs personnes se livrent à des actions du genre à saper la personnalité des autres. Par contre, il confirme qu’il était souffrant dans son lit de l’hôpital depuis mercredi  01/07/2020, jour de l’implantation des drapeaux, par quelques jeunes malintentionnés.

Deo kurasa promet saisir la justice pour mettre hors d’état de nuire tout ceux là qui auraient fait circuler son nom à tord dans l’intension de ternir son image.

‘‘ C’est avec regret que je l’ai aussi appris comme vous au travers des réseaux sociaux, mais cela m’a vraiment surpris. Nous avons vécu multiples cas de rébellions à l’Est au point que nous ne pouvons plus permettre que ce genre de situations nous arrive. J’étais trop malade voir même hospitalisé  depuis le mercredi un niveau du CECA pour ne sortir que vendredi soir. Hier j’étais ici au bureau du quartier et j’ai présidé le conseil de sécurité et me voici encore ici dans mon bureau.  Il y a de gens qui cherchent à se faire de la publicité sur les réseaux sociaux  et s’amusent à utiliser les images des autres sur les réseaux. Nous n’avons jamais été arrêtés. C’est vrai qu’il s’est passé des choses dans mon entité où les jeunes gens ont affiché des drapeaux de la république du Kivu. Mais si moi je veux avoir le pouvoir, je ne peux pas me retrouver dans ces sales choses,’’ regrette Deo Kurasa chef du quartier Nyalukemba.

Kurasa clarifie qu’en qualité du chef, il est dans l’obligation de veiller à la bonne sécurisation de son milieu et non le contraire.

‘’Je suis cadre du PPRD et loyal aux institutions de la république. Nous ne pouvons jamais tremper dans ces genres de saletés, Plusieurs personnes m’accusent être celui qui aurait donné les noms de toutes ces personnes arrêtées à la ANR. Et en fin ils m’accusent que je suis la vraie personne qui ai implanté les drapeaux,’’ s’indigne Kurasa.

A notre source de rassurer qu’il est à la recherche de véritables investigateurs, et s’informer sur ce qu’ils cherchent réellement.

Patrick Babwine

Comments are closed.