BUKAVU : Où serait partie la valise des solutions Ngwabidje pour juguler l’insécurité au Kivu ? (population)

0
138

De l’insécurité on en parle toujours dans la province du Sud-Kivu et plus particulièrement dans la ville de Bukavu. Plusieurs cas des vols qualifiés, pillages, tueries, tortures et extorsions seraient enregistrés dans différents coin de la province. Depuis l’arrivée du gouverneur Théo Ngwabidje en provenance de la ville-province de Kinshasa, la situation sécuritaire reste la plus préoccupante.  Malgré le discours fallacieux prononcé par l’homme de solution en province la ville de Bukavu vit des cauchemars toutes les nuits. Le cas le plus Récent est celui d’une église de la 8e CEPAC Karhale Mlima Wa Makimbilio qui était la cible des hommes armés la nuit du mercredi 7 au jeudi 8 octobre 2020. Plusieurs biens emportés et des hommes de Dieu en pleine prière ligotés.

Ce manque de sécurité inquiète tous les habitants dans la ville et pourtant le gouverneur aurait promis la fin de l’insécurité en rassurant qu’il était venu avec la solution dans sa valise. Les Bukaviens vivent comme de fugitifs sur leur propre sol et ne savent plus à quel saint se vouer.

Karhale dans le quartier Nkafu de la commune de Kadutu serait devenu un champ de bataille et d’expérimentation des malfrats redoutent certains acteurs sociaux dans cette partie de la commune.  Nonobstant de multiple dénonciations des forces vives, aucune mesure n’est envisageable par les autorités dans la province (gouverneur, commandant de la police, maire de la ville et les bourgmestres chacun en ce qui le concerne). Ce qui étonne, serait de remarquer que tous les cas d’attaques d’hommes armés se passent non loin d’un poste de la police.

Les malfrats ont opéré avec aisance dans cette église de la 8e CEPAC Karhale pourtant installé sur la route principale non loin d’un poste de la police. ces derniers auraient défoncé les portails des bureaux de l’Eglise après avoir ligoté les serviteurs qui y était en pleine séance de prière.

‘’Ils nous ont investis en pleine séance de prière, on nous a lié les mains derrière le dos et ont cassé toutes les portes de bureaux à l’Eglise. Ils sont partis avec les fortunes de l’Eglise et les instruments sans qu’ils soient inquiété par qui que ce soit. Leur acte de sabotage à l’égard de bien de l’Eglise s’est bien déroulé sans qu’ils ne soient inquiétés,’’ regrette l’une de victimes présente l’ors des exactions KITUMAINI Freddy.

Les habitants condamnent la léthargie affichées par les autorités dans la province surtout dans la gestion de la question Brûlante liée à l’insécurité. Les autorités sont bien averties de la situation précaires que traverse les paisibles citoyen dans cette contrée pourtant demeurent silencieuse. La question reste de savoir si la province est gouverné ou pas ?

Il est bien dit qu’à partir de 18 heures au-delà, la population se promène avec leur peur au ventre et d’autres sont obligés de fermer les portes et ne peuvent plus ouvrir la porte à une personne étrangère. A quand prendra-t-il fin ce traumatisme dans lequel vit le peuple ?

’Plusieurs cas d’exactions sont annoncés, entre autre les incursions nocturnes, les menaces en cours de route où ces inciviques dépouillent les gens de leur bien, des tueries, …’’ se plaint un acteur de la société civile.

Un appel vibrant est lance à l’autorité provinciale Théo Kasi premier citoyen ayant la charge et l’obligation de rassurer la sécurité au peuple, de tout mettre en œuvre pour démanteler ce réseau des malfrats.

Patrick Babwine

Comments are closed.