MWENGA : Séquestration des enseignants, les enfants restent à la maison jusqu’au départ du PROREP SALEH

0
299

Les écoles conventionnées catholiques dans le territoire de Mwenga et celles de la ville de Kamituga refusent de reprendre le chemin de l’école. Cela est dit aux arrestations arbitraires de leurs collègues Blaise Bulambo et autres. Plusieurs griefs seraient reprochés au Procureur de la République (PROREP)  de ce milieu SALEH KATAMEA Daniel. Trop c’est trop, les enseignants du territoire de Mwenga et ceux de la ville de Kamituga étaient dans la rue ce Lundi 06 Janvier 2020 pour faire entendre leur voix. Ces derniers exigent le relâchement de leurs collègues qui seraient mis en détention illégalement par ordre du Procureur de la République de Kamituga.

Blaise Bulambo Bulakombe, porte parole du SYNECAT Mwenga serait attrapé le dimanche 5 Janvier et mis en détention dans un cachot militaire sous terraine à Kamituga.

Selon nos sources sur place, c’est par ordre du PROREP SALEH que ce dernier aurait passé sa nuit de calvaire au cachot avant d’être remis ce matin à un OPG. Blaise Wabulakombe serait dépouillé d’une somme de 100 USD et 140 Mille Francs Congolais après avoir subit des coups et blessures. Il lui serait reproché d’être parmi les signataires de la correspondance du 30 Novembre 2019 qui demandait le départ sans condition du procureur de la République.  Tous les marcheurs  crient et exigent que SALEH KATAMEA soit démis de ses fonctions car il commet beaucoup de désagréments et trop de cas des violations des droits humains.

Ces enseignants demandent aux parents de ne pas leur tenir rigueur et accusent SALEH KATAMEA Daniel d’être à la base de ce désagrément, peut on lire dans un communiqué de presse signé ce Lundi au cours d’une assemblée Générale.

Contacté depuis Kamitunga Jean Nondo correspondant de la Radio Maendeleo, confirme le fait et informe à votre rédaction que la ville de Kamituga s’est réveillée sous de vives tentions et que toutes les écoles n’ont pas repris le travail. Tous réclamaient la libération des enseignants arrêtés et dénonçaient toutes les attaques dont ils sont fréquemment victime.

‘’L’homme a été torturé on lui a ravi l’argent équivalent à une somme de 100 USD et 140 000 FC. Blaise Bulambo Wabulakombe a était séquestré dans le cachot des militaires au camp SOMENKI et il y a passé une nuit avant d’être remis  à la disposition de L’OPG.  C’est Vers 11heure que Blaise Wabulakombe a été libéré en présence du président du Tripaix. Après sa libération, un conseil de sécurité a été convoqué par  la mairie de Kamitunga pour tabler sur cette situation. Mais l’on pense qu’il y aurait une cause lointaine,  une école catholique qui n’est pas prise en charge en matière de prime, serait en train de recouvrer la prime. L’OPG ne souhaite pas l’entendre avec ses oreilles c’est alors qu’il va arrêter le directeur de cette école à Wenga’’, précise notre source.

Rappelons que dans un communiqué de presse rendu publique le samedi 04 janvier 2020 à TANGILA Kamituga à l’issue de cette assemblée générale, il a été convenu du non reprise de cours aussi longtemps que le procureur de Kamitunga  serait tjours en fonctions dans leur milieu.

En dépit des coups et baisures, les enseignants disent qu’ils ne vont pas baisser les bras et ne jurent que sur le départ du procureur.

Patrick Babwine, Amisi Musada

Leave a reply