SUD-KIVU : Covid-19, les diabétiques ne savent plus à quel saint se vouer

0
236

La République Démocratique du Congo compte un nombre important des malades du Diabète. En province du Sud-Kivu, dans la zone rurale que urbaine, les victimes de cette maladie prouvent des difficultés énormes pendant cette période de crise sanitaire liée à la pandémie de la covid-19. Contrairement au malades du SIDA qui reçoivent des médicaments gratuitement, ceux du diabète renseignent qu’ils ne bénéficient  aucun appui médical à part le soutient familial. Cette maladie pourtant récurrente dans la province nécessiterait un œil vigilant de l’autorité que son calme coupable, car ces derniers courent des risque de contamination de la Covid-19.

Abel Ciza, responsable du centre de santé Monseigneur Charles Mbowa et point focale du programme diabète,  informe qu’actuellement les malades du diabète traversent une situation alarmante. Il déplore le fait que les autorités ne considèrent pas  le diabète comme toute autre maladie qui nécessite de l’aide.

« Nous connaissons le paludisme, nous avons des moustiquaires dans nos institutions qui sont données gratuitement. Il y a même certains médicaments antipaludiques qui sont donnés gratuitement. Les médicaments du VIH sont octroyés gratuitement. Mais au niveau du diabète, nous avons encore des médicaments qui coûtent chers. Prenons un flacon de l’insuline qui coûte 7 à 8 dollar et parfois un malade en reçoit deux, ça fait 16 dollar et cela peut être pour une semaine. Pourtant il y a des familles qui vivent de moins de 1 dollar. Nous demandons encore une fois aux autorités de venir en aide les diabétiques, » plaide Abel Ciza

Un diabétique rencontré au centre pense que l’autorité les a totalement abandonnés.

« Nous ne savons pas si nous ne sommes plus de personnes aussi à l’instar des autres qui souffrent de maladies chroniques comme nous. Nous avons du mal à faire face au prix élevé de notre traitement d’autant plus que plusieurs d’entre nous sont pauvres. Que le gouverneur et le ministre de la santé nous accordent aussi la chance de vivre en nous dotant de soin gratuits, » sollicite un diabétique.

Abel Ciza plaide pour la multiplication de structures de prise en charge de diabétiques dans les milieux ruraux. Il renseigne également que nombreux de malades parcourent plus de 5 kilomètres à pieds à la recherche des soins et cela avec le risque de développer des complications en route.

Bernardin Matabaro

Comments are closed.