BUKAVU : Dossier ouvert à charge de Milengi Mbilizi, un acharnement pire et simple (les agents)

0
29

Suite aux informations tirées dans de la correspondance n°01/1309CAB/GOUPRO.SK/2020 du 01 septembre 2020 qui serait en instruction dans le bureau du procureur de la République, accusant la chef de division provinciale de l’habitat au Sud-Kivu Milenge Mbilizi Espérance d’usurpation des fonctions Publiques, faux en écriture et usage de faux, infractions punissable par les articles 123, 125, 126 du code pénal live II, il est à noter que dans cette correspondance, le PROREP  aurait confirmé que la nominée se serait fait passer comme agent de la fonction publique d’une manière frauduleuse en utilisant le nom de son mari. Allégations rejetées et qualifiée de fausses accusations par les sympathisants de l’autre camp en qualifiant de Farfelue cet acharnement.

Contacté, quelques proches d’Espérance Milenge Mbilizi, chef de division à l’Habitat pensent que la correspondance qui circule dans les réseaux sociaux affiche le degré de la haine de son rédacteur. Les collaborateurs de l’accusée croient que avec déjà  25 ans de carrière depuis son engagement au sein de cette même direction, la question de fausse identité ne pouvait plus fait l’objet de discorde.  Notre source pense que toutes ses allégations ont été fondées sur les mensonges et avec intention de nuire.  

‘’Elle a  été chef de Bureau depuis 2016 jamais l’on a relevé la question, maintenant chef de division il y a des grognes de partout. Plusieurs personnes adversaires au sein de notre division combattent cette nomination qui du reste est régulière,’’ pense un proche de cette division de l’Etat.

Pour avoir toutes les précisions sur les greffes imputés à Milenge Mbilizi nous vous revoyons de faire référence au dossier ouvert à sa charge.

Nous brandissant les copies de toutes les identités de la personne sur qui le doute glane, ces cadres de cette division clarifie tout le malentendu autours de cette  question et pensent il y aurait d’autre  intentions malsaines.

‘’La dame Espérance Milenge Mbilizi est officiellement identifié à ce nom et a fait un contrôle biométrique, jamais les dirigeants n’en ont fait une objection. En plus monsieur le journaliste, vous devriez comprendre que la législation congolaise reconnait à une femme de posséder le nom de son mari s’elle le souhaite. Madame a fait un jugement supplétif pour posséder officiellement le nom de son mari.

Pour notre source, le document du contrôle biométrique 2000 Nyamulengwa Wetshi Espérance agent de 2e classe qui serait accusée d’usage de faux elle continue avec la même identification. Cet agent reste convaincu que seule la fonction publique est capable de contester ou corriger l’identité de son agent.

pour rappel, ce service serait victime des spoliations de bien de l’Etat, qui outre provoquées par certaines autorités tant politique, administrative que judiciaires.

Comments are closed.