Le SUd-Kivu veut une société civile inclusive, au service de la population

SUD-KIVU : Les élections du bureau de la Société Civile réveillent les démons du tribalisme

0
247

Les élections au Bureau de Coordination de la société civile du Sud-Kivu, la question géopolitique est au rendez-vous. Que ce que l’on y gagne au juste ?  L’enjeu semble être de taille en province comme à Kinshasa la Capitale de la RDC où les autorités politico-administratives semblent y avoir un œil regardant.

A en croire plusieurs candidats au poste du président du BCSCSK (Bureau de Coordination de la Société Civile du Sud-Kivu) ses manifestent. C’est de la bonne guerre médiatique  personne ne veut lâcher le morceau. Chacun agrippe au radeau de peur qu’il ne coule.

Des analyses faites prouvent que pendant ce moment, à la société civile le concept” géopolitique” est plus utilisé au sein de différents états majors des campagnes pour le leader de la structure citoyenne au Sud-Kivu.

’Cette géopolitique négative n’est autre chose que: des rivalités  du pouvoir où chacun d’eux étant inspiré par des idées de conquête de ce Bureau en vue des positionnements sociopolitiques sur le plan provincial, national et international ne parlent plus le même langage. Chacun ne voit que son intérêt personnel. Ainsi, pour y arriver, certains d’eux (candidats) font des “alliances ad hoc”. Ces dernières visent à mettre ensemble deux personnes de différentes ethnies,  surtout et très souvent REGA et SHI à s’accompagner mutuellement en vue d’avoir du crédit envers une ou l’autre ethnie. Dans ces enjeux, les autres tribus ne servent que des trépieds.  C’est pourquoi quand c’est un MUREGA qui est Candidat Président, le vice-président ou le Rapporteur doit être MUSHI et vis- versa. C’est vérifiable pendant cette période pré-électorale,’’ point de vu de Jean Claude MEYA Analyste sociopolitique.

Prise en Otage des Territoriaux

Jean Claude regrette de voir que les antennes de la société civile dans de territoires attirent de la convoitise des candidats pendant cette période électorale.

lire:SUD-KIVU : Une société civile à la solde des politiciens, SUD-KIVU : Le bilan jugé mitigé à société civile,des organisateurs demandent le renouvellement de l’équipe

’C’est le moment qu’on se souvienne malicieux des noyaux territoriaux. Pour ceux qui ne le savent pas, les noyaux territoriaux sont des antennes de la société civile Bureau de Coordination dans les territoires et/ou milieux ruraux. Souvent et regrettablement, les animateurs de ces noyaux sont  dupés et manipulés. Représentant un important électorat, Villageois qu’ils sont, ont les trompe soit avec des petites sommes d’argent, des buffets aux restaurants, un sommeil matelassé dans différents hôtels de la ville, des vieils ordinateurs et/ou avec de promesses non réalisables en vue d’arracher leurs voix. Et après les élections, le bureau élu ne reste qu’Urbain et ne se préoccupera plus de besoins des Noyaux Territoriaux,’’ regrette notre source.

L’apolitisme de la société civile.

Certains, ne croient plus à l’aspect apolitique de la société civile, car ils sont et restent convenus que le positionnement au bureau de la société civile est un tremplin pour ces animateurs et les prédisposent aux postes politique.

Si la société civile serait apolitique autrefois, aujourd’hui cet apolitisme doit être mis en cause. Comment une structure convoitée par les personnes aux tendances et ambitions politiques serait-elle apolitique ?

Élections de haine et de division à outrance !

Les différentes publications à caractère contradictoire et tribal  de personnes de différentes tendances dans les réseaux sociaux prouve à suffisance le degré de la haine entretenu au sein des cette structure et cela actuellement témoigne la dégradation du tissu social.

‘’Au lieu que la société civile soit l’interface, elle est devenue subalterne de certains parrains et personnalités politiques’’ s’inquiète notre source.

 Le nouveau Bureau qui sera élu et investi devrait s’attendre à relever un grand défi qui est d’abord, bannir les tendances géopolitiques et tribalo ethniques ensuite restaurer la mission de la société civile. Les avisés demandent beaucoup plus l’implication de l’Eglise Catholique et l’ECC pour faciliter les élections crédibles et apaisées.

La vraie vision d’un bon Président de la société civile serait la considération des besoins de la communauté dans les territoires comme dans le Chef lieu du Sud-Kivu.

Rappelons que la guerre vécu au sein de la société civile présentement renvoie aux acharnements et prédispose plusieurs challengers à douter des vérités des urnes.

lire: SOCIETE CIVILE : La candidature qui fait peur, Adrien Zawadi sous menace d’invalidation

Patrick Babwine

Comments are closed.