PPI-RDC:  418 cas de violations des droits des DDH et des journalistes recensés en 13 mois

0
316

L’ONGDH Partenariat   pour la Protection Intregrée, PPI, a documenté en 13 mois  soit de Janvier 2019 à Janvier 2020, 418 cas   de violation des droits des défenseurs de droits Humains et des journalistes en RDC.  Pour le seul mois de Janvier 2020 cette organisation régionale a enregistré 52 cas.  Ces données sont couchées dans son Feuillet mensuel de monitoring des violations des droits des défenseurs des Humains et des journalistes mois de Janvier 2020 rendu public le 08 Février 2020 à Bukavu.

“Ce chiffre en début de la nouvelle année avec des nouvelles autorités au sommet de l’Etat est déjà inquiétant lorsqu’on se souvient que pour l’année 2019 terminée, soit de janvier à décembre, PPI a documenté 366 cas de violations des droits des DDH et des journalistes sur toute l’étendue de la République. Ce qui fait 418 cas de Janvier 2019 à Janvier 2020, peut- on lire  dans ce Feuillet.

Dans ce même feuillet, les cas se présentent de cette façon  pour le mois de janvier 2020 écoulé, Un (1) militant d’un mouvement pro-démocratie a été grièvement blessé par les éléments de la police nationale congolaise au Nord-Kivu précisément en territoire de Rutshuru et Trente (30) autres arrêtés dans le même territoire tandis que dans la ville de Goma,  Douze (12) militants sont arrêtés. Dans le Congo Central, Quatre (4) pro-démocratie et un (1) artiste musicien sont arrêtés. En Equateur, un (1) militant pro démocratie est mis arrêté, au moment où deux (2) acteurs de la société civile sont sous menace de mort au Sud-Kivu et une journaliste échappe de justesse à la mort dans la ville de Butembo/Nord-Kivu

Face à ces violations grave, PPI recommande au Président de la République de mettre en place des mécanismes concrètes pour la sécurité des DDH et des journalistes dans l’exercice de leurs fonctions ainsi que le contrôle de certains éléments de l’ordre et certaines autorité des entités territoriales décentralisées qui visiblement sont nostalgiques du régime répressif passé, au point qu’ils demeurent incapables d’œuvrer pour l’effectivité de l’ouverture de l’espace civique en République Démocratique du Congo. Pour plus de détails Télécharger ce rapport: Rapport de monitoring de violations des droits des DDH et des journalistes mois de Janvier 2020

 

Leave a reply