prof Rémy Ngoy Lumbu

RDC : Ce Congo ”soixantenairement” indépendant, est en réalité “soixantenairement” dépendant (prof Rémy Ngoy Lumbu)

0
266

C’est devenu un pli (mauvais pli?) de commémorer l’indépendance du Congo tous les 30 juin, systématiquement, incontournablement et imperturbablement. Sans discernement pour certains, certes. Mais avec beaucoup d’atermoiements  pour d’autres, assurément. Je me range dans le second camp, celui des “atermoiemistes” pour ne pas laisser ma pensée captive des distractions festives de coutume à pareils moments. Je le confirme franco pour bien poser les bases de mon post qui ne vient pas pour gâcher la fête, mais faire fêter la fête autrement.

En réalité, ce Congo” soixantenairement” indépendant, est en réalité “soixantenairement” dépendant. Le Congo dépendant reste une vue de l’esprit, une hypothèse d’école qui se décline en plusieurs trajectoires dont les plus significatives suivent.

La trajectoire politique. En effet, en grande partie, la politique congolaise est encore une politique d’importation, de dépendance. Les grandes lignes de sa politique émane des carnets des grands de ce monde qui voient en ce pays une espèce de chasse gardée dont ils veulent contrôler les dirigeants. Triste réalité qui se vit dans plusieurs pays d’Afrique. La trajectoire économique, deuxièmement. En effet, les économistes savent que nous avons une économie tournée vers l’extérieur et dépendant de celui-ci. Nous vendons nos matières premières à l’extérieur et y achetons les produits finis (quasi un troc). Tout part à l’étranger et tout vient de là, pour faire court. Troisièmement, la trajectoire énergétique.

Le Congo exporte tout son pétrole brut et importe tout son pétrole raffiné. Il n’a pas encore réussi à inverser la barre en ce domaine. Il ne peut même pas recourir à l’énergie nucléaire civile bien que produisant de l’uranium. Même son énergie électrique dépend de l’extérieur (les barrages d’Inga ayant été construits avec les apports étrangers et sont entretenus également par les mêmes sources). Même le simple  curage et  dragage du sable des  turbines nécessitent l’aide étrangère.

Quatrièmement, la trajectoire budgétaire est aussi un cas déplorable. L’on sait qu’au moins 50% du budget congolais n’est pas notre argent. C’est l’extérieur qui finance nos dépenses (et il fait des bénéfices assurément mais comment?). Cinquièmement, la trajectoire de la mobilité internationale est un cas pathétique. Aucune compagnie aérienne là où les pays vendeurs d’arachides (le Sénégal par exemple) ont des flottes nationales, même les vendeurs de thé (un pays voisin de la RDC) dispose des avions civils de transport.

Sixièmement, la trajectoire scientifique. Le Congo ne vaut pas grand chose sur ce plan. Ses universités sont déclassées, elles ne figurent dans aucun classement des meilleures universités au monde. Elles sont à repenser, à recréer, à ré -organiser. C’est depuis 1960 que les intellectuels congolais vont suivre des formations à l’étranger pour se performer. 99% des professeurs d’universités sont des produits formés de l’étranger, par les étrangers.

Septièmement, la trajectoire sécuritaro-militaire. Les experts le disent, le système de défense et de sécurité dans ce pays est dépendant de d’extérieur. A plusieurs reprises hier, aujourd’hui et demain(?), le Congo se fait peur en confiant sa sécurité et sa défense aux pays dits amis, ouvrant au passage les portes de ses richesses minières aux vautours qui n’ont plus qu’à se servir. La dépendance sécuritaro-militaire du Congo est son talon d’Achille soulignent les Experts du domaine. Les  trajectoires des dépendances envahissent tous les secteurs de la vie nationale. Je le dis, non pour gâcher la fête mais pour vous faire fêter autrement. Ces 7 trajectoires (un échantillon), constituent les 7 péchés capitaux du Congo.  Le seul domaine où le Congo se suffit, c’est celui de…Au fait, je ne vois pas lequel. Quand je place les indépendances et les dépendances du Congo sur la balance, je trouve que celle-ci penche du côté des dernières. Je vous souhaite une bonne fête des DEPENDANCES!

Prof. Rémy Ngoy Lumbu

Comments are closed.