La mairie de Bukavu

SUD-KIVU : L’opération de la mairie fâche, la société civile demande le rapport d’1% d’éclairage public

0
259

En application des mesures de l’exécutif provincial, portant chaulage de toutes les maisons se trouvant le long des artères principales et placarde  des lampadaires sur chaque maison, les grognes se font entendre et certains cadres de la société civile montent aux créneaux. Plusieurs maisons commerciales non peintes sont scellés et avant la réouverture des activités, des amandes seront fixées arbitrairement selon les humeurs de l’agent de la mairie commis à cette fin. La société civile crie à l’arnaque et à l’escroquerie organisée pour faire disparaître l’argent prélevé sur les factures de la Société Nationale de l’Electricité SNEL alloué à l’éclairage public. Ces derniers interpellent le procureur de la République à mener les enquêtes à la Mairie et la SNEL en fin de ressortir la lumière sur l’usage de cet argent. Quant au chargé de la communication à la mairie, certains agents acteurs de la société civile seraient considérés comme des ennemis du développement de la province.

Des personnes scellées interviewées la rédaction Deboutrdc.net, pensent qu’il aurait des exagérations dans la fixation des amandes et des vices de procédures d’application des mesures. Certaines varient entre 40 et 100 USD et voir même plus. Les doutes demeurent à savoir à quoi cet argent servira-t-il si pas remplir les poches de vrais Congolais ayant seuls le droit ; S’interrogent plusieurs.

’Nous ne pouvons pas comprendre que nos magasins et boutique soient scellés par la mairie pour n’avoir pas placé des lampadaires, des pavés ainsi que de la peinture. Lorsque l’on vient sceller chez moi pour seulement n’avoir pas placé de pavés devant ma porte, je n’ai pas peint la maison et la suite c’est injuste. Les pavés devant les boutiques se trouvant le long de la route ne pas l’œuvre des particuliers mais plutôt du gouvernement. Eux-mêmes incapables d’achever la construction, c’est maintenant à nous particuliers de cacher leur honte ? Nous sommes des locataires exerçant de petits commerces, certaines taches reviendraient aux propriétaires de la maison et non aux locataires,’’ se plaignent des commerçants dont leurs boutiques et entreprises se retrouveraient fermés par la mairie.

Pour la société civile le maire de la ville et le gouverneur n’ont pas vraiment raison de traquer les gens pour placer de lampadaires sur leurs maisons. Plutôt, ils pensent que ce de l’escroquerie pire et simple. Ces derniers exigent que la lumière soit faite sur l’utilisation de l’argent versé au compte de la mairie, car pensent-ils, que la mairie n’est pas une boutique privée des certains individus.

’Une façon plus stratège de voler la population, c’est vraiment de l’arnaque et de l’escroquerie, nous demandons au procureur de la République de se saisir du dossier en interpellant le maire Bilubi Ulengbo. Il doit nous rendre les comptes sur l’utilisation de 1% soutiré dans nos factures pour éclairer toute la ville en plaçant des projecteurs partout.  Lui et le directeur de la SNEL doivent nous rendre les comptes. Pourquoi nous n’avons pas des autorités responsables et qui ont un sens de recevabilité ? Peindre les maisons pour rendre la ville propre c’est une bonne chose, mais comment et quel modèle ? Chacun le fait à sa manière ce qui ne conduit plus à la beauté recherchée.’’ S’exclame les acteurs de la société civile.

Pour bienfait Ngolombe, l’initiative que le maire met en application c’est une décision du gouverneur de la province et non ses idées.

’Le numéro un de la province avait donné un mot d’ordre et maintenant la mairie passe à l’exécution. Nous ne pouvons pas comprendre quel genre de société civile nous avons, certains sont contre le développement de la province et de toute la ville. Ce sont nos partenaires, mais au lieu de venir chercher des informations aux personnes habilitées ils se contentent d’aller raconter des propos du genre révolutionnaires aux médias. Et puis à ce que je sache, le gouvernorat exige la peinture et les lampadaires sur chaque maison,’’ se plaint Bienfait Ngolambe chargé de communication de la mairie de Bukavu.

Patrick Babwine

Comments are closed.