Sud-Kivu : Un conflit entre députés sauve Theo Kasi

0
211

Le gouverneur du Sud Kivu Theo Kasi ne sera pas invité à l’assemblée provinciale. Les députés provinciaux ont voté contre. Seul le ministre de l’intérieur sera invité. Le député Homer Bulakali n’a pas eu le soutien de ses collègues. On l’accuse d’être radical dans ses interventions.

La décision de ne pas inviter le gouverneur a été prise lors de la plénière du 3 novembre 2020 tenue au siège de l’assemblée provinciale à Labotte.

L’assistance regrette le comportement qu’elle a jugé indécent de la part des élus du peuple qui ont privilégié leurs intérêts au détriment de ceux du peuple.  

« La sentinelle de l’honorable Kinja    a été assassiné à son lieu de travail, un jeune lâchement abattu à 20 heures à Buholo Funu 1e », se plaint un habitué de l’assemblée provinciale.

Des conflits personnels

La déception a envahi les visages de plusieurs qui n’ont fait que jurer sur la dissolution de l’assemblée provinciale et appellent la population à s’assumer pour sanctionner les députés qui ne voient que leurs propres intérêts.

’Nous sommes grandement déçus de voir que les gens que nous avons élus sont de mercenaires et ils ne sont pas là pour notre bien. Nos élus sont incapables de combattre même l’insécurité, ils sont même prêts à vendre l’Assemblée Provinciale où ils travaillent. Ils sont donc tous corrompus. Ils favorisent la spoliation et refusent que le gouverneur vienne répondre,’’ regrette un habitant présent à l’hémicycle provinciale.

Pour d’autres, rien n’a changé c’est toujours des politiques dévastatrices du FCC qui continuent.

« Ici c’est la politique du FCC qui continue pour juste détruire notre province et la mettre à genou. Nous refusons ceci et nous avons constaté qu’ils ont tous été corrompus au point de vouloir protéger le gouverneur. Une interpellation n’est pas une motion de défiance » s’interroge un autre intervenant et d’autre d’ajouter : Je viens de l’assemblée provinciale c’est très déplorable, nous n’avons pas de députés. Nous sommes vraiment irrités, car ce qui s’est passé ici est déplorable. Un député qui vote contre la fin de l’insécurité, la fin de la spoliation c’est une honte pour nous qui avons donné mandat à ce genre d’élus.

Face à cette indignation, le rapporteur de l’ASPRO Amani Kamada calme les esprits et fait savoir que son collègue n’a pas reçu l’aide des députés suite à son discours discourtois.

« C’est normal, il faut la garantie de la liberté d’expression. Moi je dirai que les esprits n’ont pas été surchauffés, mais seulement c’était une question de divergence. Les députés sont conscients que l’insécurité fait rage dans tous les territoires. Nous conseillons à notre collègue de respecter les procédures, ce dossier n’a rien à faire avec le gouverneur, plutôt le ministre de l’intérieur qui doit s’explique sur le pourquoi de l’insécurité en province. La question de spoliation, il y a son collègue Kababil qui a déjà fait une question orale suivi de débat », précise Kamanda.

Tout en encourageant l’initiative prise par l’honorable Homer, Kamanda recommande à ce dernier de soigner son langage, mais aussi à bien définir les objectifs et bien cibler la personne conformément à l’article 180 de leur règlement Intérieur.

Patrick Babwine

Comments are closed.