+243 859 360 592 info@deboutrdc.net
DDH et JournalistePolitique

Sud-Kivu : 17 raisons de faire partir Ngwabidje à la tête de la province (pétitionnaires)

795views

 

Moins de 3 ans à la tête de la province, le gouverneur de la province du Sud-Kivu, Theo Kasi est sous le coup d’une motion de défiance des députés provinciaux et d’une pétition des acteurs sociaux qui exigent sa démission. Il lui est reproché plusieurs griefs. Votre média a analysé l’essentiel des faits reprochés à celui qu’on appelle, l’homme du gouverner autrement.

Parmi ces faits, nous avons épinglés 18 accusations qui gisent dans les différents documents publiés ci et là.

1. Non tenue des promesses de son discours programme suite au manque d’une vision claire de Gouvernance et d’un programme axé sur les résultats en plus de l’inconstance politique.

2. Détournement d’une somme de 3.500.000$ destinée à la construction des routes notamment du tronçon routier place Mulamba-frontiere ruzizi Ièr dont le coût normal était de 1.800.000$. Ainsi les 8 territoires sont enclavés de la ville, les 3 communes de la ville de Bukavu coupées les unes des autres.

3. Insécurité grandissante dans la province en général et dans la ville de Bukavu et ses environs en particulier (des maisons et commerces des paisibles citoyens attaqués chaque jour, le nombre des corps sans vie ramassés chaque jour, des cambriolages la nuit comme le jour en plein centre-ville,

4. Spoliation, vente des maisons et parcelles de l’État via des arrêtés provinciaux de désaffectation au mépris des instructions nationales à ce sujet (ex: vente parcelle de la division PME…). Il se cache derrière le Partenariat Public Privé ;

5.L’opacité, clientélisme dans l’attribution des marchés publics provinciaux en écartant les structures habilitées comme la cellule provinciale de gestion et contrôle des marchés publics, (ex: vente des taxes de la province aux ASBL des familiers, des amis)

6. Gestion mafieuse des finances publiques de la province (8 comptes fictifs voir commission de contrôle des députés provinciaux); la régie financière provinciale (DPMER) mise par terre par une mafia instaurée par le système E-Gov ; avec comme conséquence le transit des finances de la province entre les mains des certains notables pour museler les députés provinciaux et garantir ainsi au Gouverneur son maintien au poste malgré son bilan négatif.

7. Absence des sanctions contre les ministres provinciaux cités dans les affaires de malversations financières et autres antivaleurs : cas emblématique du ministre de l’agriculture et celui des affaires foncières (ex: l’audio d’un ministre provincial harcelant un agent du cadastre uvira de spolier un terrain, le surplus des imprimés de valeur et permis des pêches dans un ministère avec canalisation des fonds dans un compte inconnu par la province, PICAGEL intitule, enquête PAM)

8. Arnaque des médias par des faux contrats pour restreindre la liberté d’expression et musèlement de l’opinion.

9. restrictions et violations des libertés publiques et individuelles lors de la double arrivée de deux sénateurs :  le premier fût autorisé et accompagné par le gouverneur à s’exprimer publiquement à la place de l’indépendance, tandis que le second humilié devant ses sympathisants, fût empêché à tenir son meeting au même endroit.

10. Abandon des charges publiques et des administrés pendant une semaine pour aller dans une mission privée d’une ONG.

11. instrumentalisation de la justice pour régler des comptes et museler les lanceurs d’opinions contraires (cas de Heri Kalemaza)

12. incapacité d’accompagner la gratuité de l’enseignement (instauration de la prime dans son arrêté : la dernière école fait payer 5$ alors qu’il y a des écoles où on payait moins de 3$).

13. Népotisme, clientélisme dans le recrutement des personnels et agents

14. Lors d’une réunion avec les administrateurs de 8 territoires de la province du Sud-Kivu en Mars 2020, il avait promis les assister dans leurs travails. Actuellement ces administrateurs n’ont aucun rond venant de la province ;

15. Pour satisfaire ses alliés, il propose une réforme de la DMPR composée d’une équipe bien-formée mais clochardisée par des nominations politiciennes ;

16. Il a promis tenir des conseils de sécurité dans les 8 territoires de la province. Il est devenu un gouverneur de la ville de Bukavu

17. Après son séjour aux USA, il a affirmé venir avec 100 Millions de dollars pour le développement de la province. Plusieurs mois après, le travail de ces millions est invisible ;