+243 859 360 592 info@deboutrdc.net
DDH et JournalistePolitique

SUD-KIVU : L’insécurité se porte « très bien » à Bukavu

962views

A quelques jours de la fin de l’année 2020, l’insécurité bat son plein dans la ville de Bukavu au Sud-Kivu à l’Est de la RDC. Des cas tueries par balles et par étranglement sont signalés mais aussi des braquages à ciel ouvert sont les vécus quotidiens des habitants de Bukavu. La société civile alerte aussi sur cas des viols collectifs avec menace des armes, vols à mains armées, extorsions, par des hommes en uniforme et des bandits à mains armées.

La population abandonnée

Face à cette situation, la population semble ne plus supporter les conséquences de cette insécurité. Cette dernière suscite des avis divergents dans le chef de la population. Certains pensent que l’autorité serait absente, car c’est inadmissible que ses administrés perdent des vies sous son règne, d’autres estiment que les services de sécurité n’assument plus comme il faut la responsabilité qui leur revient.

Certains habitants citent par exemple le cas d’assassinat dans la commune de Kadutu d’une femme propriétaire d’un restaurant au rond-point Pas à pas et son mari grièvement blessé par des bandits armés, la nuit du samedi 12 décembre 2020 juste à quelques pas de chez elle à Buholo 1er.

Des vols à ciel ouvert

Cette même nuit vers minuit, d’autres cas d’insécurité ont été signalés dans le même quartier sur avenue Buholo 2. Des voleurs à mains armées, qui seraient assimilées aux militaires FARDC, ont pillé plusieurs maisons ; et tiré plusieurs balles en l’air, sans aucune seule intervention de la police.

La société civile noyau d’Ibanda, vient d’alerter sur un autre cas d’insécurité ce mardi 15 décembre 2020, aux environs de 9h à Muhungu au quartier Ndendere en commune d’Ibanda à Bukavu. Un braquage d’un négociant d’or et plusieurs blessés tel est le bilan de cette attaque signalé par David Cikuru, président de cette structure citoyenne.

« Des bandits lourdement armés viennent d’opérer à Muhungu EDAP / ISP aux environs de 9 h de ce mardi 15/12/2020. Un négociant d’or qui a été braqué. Il y a plusieurs blessés par balles, » peut-on lire dans ce message signé par David Cikuru.

Ibanda, Bagira et Kadutu même situation

Dans le même sens un corps sans vie d’une sentinelle a été retrouvé dans une parcelle à Nyawera la matinée du 2 novembre.

Un jour après, dans la nuit du 03 au 4 novembre 2020 en commune de Kadutu, un homme a perdu la vie, des personnes blessées et des maisons ont été pillées dans une attaque de bandits armés, selon l’alerte de la société civile.

En commune de Bagira, un corps sans vie d’un enseignant à l’Institut de Bagira, âgé d’une soixantaine d’années, a été ramassé samedi 12 décembre 2020 au sentier Lodja, quartier Lumuba. Des jeunes dans cette partie de la ville de Bukavu ont barricadé la route principale qui mène vers Bagira, pour fustiger l’inaction des services de sécurité ; face à la recrudescence de l’insécurité dans la ville de Bukavu.

Dans la même commune, la nuit du 14 décembre 2020, des maisons et boutiques ont été visitées par des hommes non autrement identifiés dans différentes avenus du quartier Nyakavogo, mais qui ont été repoussés par la population. La société civile appelle les autorités à tous les niveaux de concevoir un plan de sécurisation des citoyens et de leurs biens.

« La boutique de Mme Jeanne Baleke et celle de Mme Aline sise sur avenue maendeleo au Quartier Nyakavogo ont été visité par des voleurs ; ces derniers ont brisé la fenêtre et y ont introduit un long bâton avec lequel, il se servait pour tirer quelques articles, des sacs de farine ont été vidés et des jus emportés, » renseigne Prince Centwali président de la société civile sous noyau de Nyakavogo.

Agents de sécurité auteurs ou complice ?

Visiblement toutes ces attaques ci-haut citées, ont été alertées par les médias et les acteurs de la société civile et qui déplorent le silence des autorités. Une question reste de savoir s’il y a-t-il des solutions envisagées par les autorités pour mettre fin à ce fléau ?

Des voix fusent de partout pour appeler l’autorité à instaurer la paix en province du Sud-Kivu et dans la ville de Bukavu en particulier, surtout en cette période de fin d’année. La population condamne l’insécurité grandissante dans leur milieu sous l’œil regardant de l’autorité. Elle dit envisager une action citoyenne pour dénoncer ces crimes.

500 dollars pour toute dénonciation

Face à cette insécurité, le commandant de la 33e région militaire, le général Bob Kilubi, promet d’identifier les maisons des militaires et leurs armes.

Il fait aussi savoir qu’une récompense de 500 dollars sera remise à quiconque aura dénoncé une ou plusieurs personnes qui détiendraient des armes.

Certains analystes demandent au gouverneur du Sud-Kivu, Theo Kasi, de passer à l’action en évitant des discours creux de gouverner autrement alors que ces administrés sont tués sous la barbes impuissantes de ses services.

Bernardin Murhabazi Matabaro                                                     

Vous aimez nos contenus?

Deboutrdc.net met tout son cœur pour réaliser des contenus interactifs et immersifs que vous pouvez retrouver sur tous vos supports. Journalistes, photographes, graphistes et développeurs collaborent étroitement pendant plusieurs jours ou semaines pour vous proposer des interviews et des analyses qui répondent à une grande exigence éditoriale. Leur réalisation prend du temps et des ressources considérables. Nous sommes cependant persuadés que ces investissements en valent la peine et avons fait le choix de laisser ces contenus en libre accès et dépourvus de publicité. Un choix rendu possible par ceux qui croient en l'indepenance de notre média. Pour continuer à travailler en totale indépendance éditoriale et produire des contenus interactifs, deboutrdc.net compte sur vous. Si vous souhaitez nous soutenir, veuillez nous écrire à

directeur@deboutrdc.net ou via WhatsApp à +243 854566913

.

'
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial
LinkedIn
Share
WeChat
WhatsApp