+243 859 360 592 info@deboutrdc.net
Politique

RDC : Ces femmes nommées, vont-elles mieux faire ?

1.6Kviews

Trop attendu, le gouvernement congolais a enfin été dévoilé. Ce dernier compte 54 membres dont 18 femmes. Tous vont travailler sous le leadership de la première ministre Judith Suminwa. Le taux actuel de représentation des femmes est de 9,72% contrairement au gouvernement passé qui lui était à 9,12%. En termes de représentation de la femme, il y a encore du travail à faire.

Parité homme-femme, une évolution timide

Depuis bien longtemps, en RDC, les hommes se sont tapé la part du lion dans la gestion du pays.  Grâce à la lutte de bien des organisations, la République Démocratique du Congo améliore petit à petit l’aspect égalité du genre dans les instances de prise des décisions.

Pour Néné Bintu, présidente du Bureau de Coordination de la Société Civile du Sud-Kivu la nomination de 17 femmes dans le gouvernement Suminwa, est  une avancée.

« C’est un signe positif et encourageant pour la promotion de l’égalité des sexes ainsi que de la participation des femmes à la prise de décision », renseigne Néné Bintu dans une déclaration rendue publique quelques heures après la publication du gouvernement.

 De 2008 sous le gouvernement Muzito jusqu’en 2024 sous le gouvernement Judith Suminwa, la représentation des femmes dans le gouvernement Congolais est passé de 2,7 % à 9,72%, soit une croissance de 7,02 % en  16 ans.

Merci, mais…

Malgré ce taux de représentativité, certaines femmes se disent satisfaites mais sollicitent que les dirigeants congolais fassent plus.

 « J’exhorte à ces ainées politiques de marcher dans la vision du chef de l’Etat qui a fait preuve de la masculinité positive en portant son choix sur une femme à la primature et un grand nombre des femmes dans le gouvernement »,

se réjouit Nabintu Ilunga Florence, présidente Inter-Fédérale du parti Cercle des Réformateurs Intègres du Congo ‘’CRIC’’ au Sud-Kivu et Présidente de la Commission en Charge des Finances au Sein du Présidium de l’Union Sacrée au Sud-Kivu.

Que dit la constitution ?

La parité homme-femme est prévue par la constitution. L’article 14 de la Constitution de la RDC l’explique mieux.

«  L’Etat garantit la mise en œuvre de la parité homme et femme. Cette disposition est une norme d’organisation qui oblige l’Etat à veiller sur la mise en œuvre de la parité entre homme et femme », peut-on lire dans la constitution de la RDC.

Ces femmes « fleurs ornementales » dans les gouvernements

Malgré les différents points de vue, il est temps que les heureux nominés se mettent au travail pour l’intérêt du peuple congolais. Malgré un taux insignifiant des femmes dans différents gouvernements on a vue certaines être nommées mais n’ont rien fait en terme de résultat dans leur secteur. Certaines ont été nommées et servent juste de « fleur » ornementales dans le gouvernement mais ne produisent rien pour l’intérêt du pays.

« Il ne suffit pas d’être nommé ministre. Il faut travailler et montrer à la face du monde qu’une femme peut apporter un changement quand on lui donne des responsabilités », espère un activiste des droits de la femme.

La société civile du Sud-Kivu rappelle au gouvernement Suminwa à privilégier l’efficacité et la performance plutôt que la recherche des gains privés.

« La société civile espère en fin que le nouveau gouvernement répondra aux multiples attentes de la population et prendra des mesures concrètes pour améliorer les conditions de vie des populations »,

renseigne Néné Bintu, présidente du Bureau de coordination de la société civile du Sud-Kivu.

Face à ce vœu de la société civile, Carine Ilunga, fait conscience aux femmes qui ont été nomées. L’une d’elle, Stéphanie Mbombo Mwamba, nommée ministre délégué près du ministre de l’Environnement

« La ministre Stephanie Mbombo Mwamba est une femme de réforme et intègre », vante-t-elle.

Et d’ajouter :

«  Par rapport à son carné d’adresse et ses compétences elle va valoriser les trésors cachés dans l’économie du climatique.

Evolution de la courbe selon différents gouvernements au fil du temps

  • De 2008-2012 : Gouvernement Muzito était de 54 membres avec une participation de 5 Femmes soit un taux 2,7% ;
  • De 2012-2014 : Gouvernement Matata composé de 47 membres dont 7 femmes soit un taux de participation 3,2% ;
  • De 2016-17 : Gouvernement Badibanga 67 membres dont 8 femmes, soit un taux de participation 5,36% ;
  • De 2017-2019 : Gouvernement Tschibala 59 membres dont 6 femmes, soit un taux de participation de 3,54% ;
  • De 2019-2021 : Gouvernement Ilunga Ilunkamba 66 dont 13 Femmes, soit un taux de participation de 8,58 % ;
  • De 2021-2023 : Gouvernement Lukonde I 48 membres dont 16 femmes, soit un taux de participation 7,68 % ;
  • 2024 : Gouvernement Suminwa 54 membres 18 femmes, soit un taux de participation de 9,72% ;

Amisi Musada Emérite

Vous aimez nos contenus?

Deboutrdc.net met tout son cœur pour réaliser des contenus interactifs et immersifs que vous pouvez retrouver sur tous vos supports. Journalistes, photographes, graphistes et développeurs collaborent étroitement pendant plusieurs jours ou semaines pour vous proposer des interviews et des analyses qui répondent à une grande exigence éditoriale. Leur réalisation prend du temps et des ressources considérables. Nous sommes cependant persuadés que ces investissements en valent la peine et avons fait le choix de laisser ces contenus en libre accès et dépourvus de publicité. Un choix rendu possible par ceux qui croient en l'indepenance de notre média. Pour continuer à travailler en totale indépendance éditoriale et produire des contenus interactifs, deboutrdc.net compte sur vous. Si vous souhaitez nous soutenir, veuillez nous écrire à

directeur@deboutrdc.net ou via WhatsApp à +243 854566913

.

Leave a Response

'
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial
LinkedIn
Share
WeChat
WhatsApp