+243 859 360 592 info@deboutrdc.net
Rossy Mukendi, le 25 février 2018 à Kinshasa. Photo crédit tiers..
Rossy Mukendi, le 25 février 2018 à Kinshasa. Photo crédit tiers..
DDH et Journaliste

RDC : Le 25 février 2018, le militant Rossy Mukendi est abattu par la police congolaise

669views

Militant catholique pro-démocratie, Rossy Tshimanga Mukendi (35 ans) est abattu par un élément de la Police Nationale Congolaise (PNC) le 25 février 2018 à Kinshasa. C’était au cours d’une troisième manifestation pacifique organisée par le Comité Laïc de Coordination (CLC) contre le maintien au pouvoir de Joseph Kabila au-delà de son mandat constitutionnel. Sa famille ne sera autorisée à récupérer son corps que 3 mois plus tard.

Le 25 février 2018

Ce jour-là, à la paroisse Saint Benoit de Lemba (à Kin), des fidèles catholiques sont dans la rue, protestant contre le maintien de Joseph Kabila au-delà du mandat constitutionnel. Rossy Mukendi, membre très actif des mouvements de jeunesse pro-démocratie, est de la partie. Il s’agissait d’une troisième manifestation pour le même objectif après 2016.

Des témoins de son assassinat déclareront que lorsque la police congolaise lançait des gaz lacrymogènes, Rossy Tshimanga essayait de faire entrer tout le monde dans l’enceinte de la paroisse. C’est là qu’il recevra des balles dans le corps.

Rossy sera emmené dans l’église. Ses amis et le prêtre de la paroisse essaieront de le conduire en toute sécurité à l’hôpital le plus proche, mais la police armée continuait de bloquer la sortie principale de l’enceinte.

Les amis de Rossy vont alors décider de prendre un détour, d’abord à pied, puis en utilisant une voiture. Mais à quelques mètres de l’hôpital Saint-Joseph, Rossy va rendre l’âme, car il avait perdu beaucoup de sang.

La police a encore tué!

Les autorités congolaises vont, dans un premier temps, nier avoir tué quelqu’un ce jour-là. Par la suite, la police congolaise admettra que Rossy avait été tué, ajoutant qu’il s’agissait d’un « gangster » et qu’il avait été tué par la police en légitime défense.

Selon la police, les balles qui avaient été tirées sur Rossy étaient en caoutchouc. Cette version des faits sera rapidement contredite par le médecin qui avait examiné le corps de Rossy à l’hôpital. Rossy était praticien d’arts martiaux, mais aussi prof assistant au Département de Relations Internationales à l’Université Pédagogique Nationale (UPN) de Kinshasa.

Son combat pour une RDC plus démocratique l’emmènera à créer le « Collectif 2016 », un mouvement pour exiger le respect de la constitution par le régime de Kabila et par l’organisation des élections dans le délai prévu par la loi. En avril et en mai 2017, il est arrêté à deux reprises et emprisonné pendant près d’un mois dans les cachots du renseignement militaire.

Rossy Mukendi, Photo crédit tiers
Rossy Mukendi, Photo crédit tiers

Le testament de Rossy Mukendi

Figure de proue du CLC, la semaine de sa mort, Rossy avait participé à plusieurs réunions de préparation de la marche du 25 février. Sur sa page Facebook, un message presque prémonitoire a été posté au lendemain de la deuxième marche des catholiques le 21 janvier. « Nous allons colorer le sol congolais rouge de notre sang, pourvu que nos enfants ne vivent esclaves demain dans leur propre pays. Quand la mort viendra, je partirai, fier d’avoir défendu un idéal juste et légitime », écrivait-il dans un visuel avec, en arrière-plan, le drapeau congolais.

Le procès du meurtre de Rossy s’ouvrira en mai 2018 et le 10 janvier 2022, la Cour Militaire de Kinshasa/Matete rendra son verdict qui condamna la commissaire supérieure adjointe de la Police Nationale Congolaise, Major Carine Lokesso, reconnue auteure du meurtre. Elle écopa d’une peine de 10 ans de servitude pénale pour violation des consignes et d’une peine à perpétuité pour meurtre.

Lire aussi: KINSHASA : L’ONGDH PPI salue la condamnation à perpétuité de la policière Carine Lokesso, auteure du meurtre du militant Rossy Mukendi

Ahana Bryan, Deboutrdc.net, avec Benjamin Babunga W

Vous aimez nos contenus?

Deboutrdc.net met tout son cœur pour réaliser des contenus interactifs et immersifs que vous pouvez retrouver sur tous vos supports. Journalistes, photographes, graphistes et développeurs collaborent étroitement pendant plusieurs jours ou semaines pour vous proposer des interviews et des analyses qui répondent à une grande exigence éditoriale. Leur réalisation prend du temps et des ressources considérables. Nous sommes cependant persuadés que ces investissements en valent la peine et avons fait le choix de laisser ces contenus en libre accès et dépourvus de publicité. Un choix rendu possible par ceux qui croient en l'indepenance de notre média. Pour continuer à travailler en totale indépendance éditoriale et produire des contenus interactifs, deboutrdc.net compte sur vous. Si vous souhaitez nous soutenir, veuillez nous écrire à

directeur@deboutrdc.net ou via WhatsApp à +243 854566913

.

Leave a Response

'
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial
LinkedIn
Share
WeChat
WhatsApp