+243 859 360 592 info@deboutrdc.net
EnvironnementPolitiqueSanté

COVID-19/Sud-Kivu : la faim va nous tuer, alerte la société civile

394views

A l’instar d’autres pays qui ont procédé au confinement de sa population, il n’est pas exclu que la RD Congo applique les mêmes mesures pour protéger son peuple contre la pandémie de Covid-19. Que prévoient les autorités Congolaise pour protéger son peuple contre la famine ? Point n’est à rappeler que la majorité ou plus de 80% de la population vu au quotidien (taux du jour). Il sera cruel de mettre le gens en quarantaine sans pour autant réfléchir sur comment survivre et résister le plus longtemps que possible à la pandémie. Au sein des marchés s’observent une montée exponentielle de produits de première nécessité. Les commerçants profitent de ce moment malheureux pour s’enrichir.  

Coronavirus ou Covid19 un feu de la brousse, peut ne pas tuer un grand nombre de congolais mais ses retombées ont des effets néfastes dans la société. Il serait à la base de la rareté de produits de premières nécessités. Des conséquences sont entrain d’être ressentis suite aux flambées des prix de denrées alimentaires sur les marchés.

Au cours d’un point de presse du 23 mars 2020 au bureau de la coordination de la société civile, Marie Migani salue les mesures salutaires prises par le chef de l’Etat Félix Antoine Tshilombo pour préserver le congolais du Coronavirus. Mais elle interpelle les autorités à tous les niveaux de prendre en main leurs responsabilités.

’Pertinentes soient elles, ces mesures risquent pourtant d’empirer la situation des congolais. Les congolais vivent au taux du jour. Bien que bonnes, les congolais moyens n’étant pas en mesure de s’approvisionner en grande quantité de vivre seront obligés de passer outre ces mesures pourtant importantes pour leur survie et celle de leurs familles,’’ s’inquiète marie Migani Binti présidente a.i du Bureau de coordination de la société civile du Sud-Kivu.

Notre source pense que le risque de mourir de faim serait imminent avant d’être désarmé par le fameux Covid-19. Un appel urgent serait lancé à l’égard des autorités du pays et au gouvernement provincial de bien définir urgemment de mesures adéquates d’accompagnement capable d’aboutir à la protection de la population.

Les habitants, effrayés par l’augmentation de prix des denrées alimentaires, des factures de la regideso et de la Snel, lancent une sonnette d’alarme pour interpeler le gouverneur et les députés de s’investir dans la stabilisation du prix. Mais aussi demander à Snel et Regideso de faciliter les choses aux paisibles citoyens vivant sous la psychose du Covid19 et de la faim.

’Les commerçants de Bukavu n’ont pas des cœurs, au lieu de faciliter les choses, ils le rendent beaucoup plus compliqué. Le transport en commun galope, la nourriture ça n’en parlons même plus. Les factures de la Snel et la Regideso sont déposées à nos portes avec risque de nous isoler alors qu’ailleurs les autorités essayent de soulager leurs administrés. Finalement c’est quoi ? Nous demandons à l’autorité de se saisir de ces cas pour punir les coupables’’ martèle Roland Mubalama.

Allusion faite au pays voisin le Rwanda, Mubalama demande aux autorités d’appliquer la rigueur de la loi pour ces récalcitrants qui haussent le prix à leur gré.

Patrick Babwine