+243 859 360 592 info@deboutrdc.net
vendredi, avril 23, 2021
DDH et JournalistePolitique

Vers la balkanisation de la RDC?

16010views

De par la constitution congolaise, l’atteinte à l’intégrité territoriale est une infraction et cela serait punissable par la loi. L’intégrité du Congo doit être conservée avec ses 26 provinces pensent certains analystes anti-balkanisation pour qui la République Démocratique du Congo est forte et ne peut développer certains acquis que quand elle reste une et indivisible. Pour d’autres les provinces n’ont pas besoin d’être indépendantes mais peuvent développer une autre formule de la décentralisation pour constituer des états fédérés et former les Etats unis du Congo tous indépendants les uns des autres.

Le Congo serait à un moment crucial tant recherché.  En 1996 lorsque l’envoyé spécial de Nations Unies de l’époque Mohammed Sanoun, était arrivé au Congo pour tenter une proposition négociée, il aurait demandé de diviser le pays pour laisser l’Ouest gérer sa partie et l’Est aussi sa partie.  La proposition de l’ONU à cette époque serait balkaniser le pays.

La balkanisation est une émanation étrangère datant de l’ancien des temps. Elle présuppose une division géographique définitive du territoire national avec des conséquence politiques, sociales et juridiques irréfutablement associées. Plusieurs méthodes et stratégies seraient en train d’être profilées par les géniteurs de l’idée pour parvenir à leur fin. Entre autre créer un clivage EST-OUEST pour opposer les congolais. Un calcul simple tiré dans les mathématiques  de base où seules l’addition et la multiplication enrichissent les nations mais la soustraction et la division les appauvrissent.

Un Congo constitué en des Etats fédérés constitue une force et cela permettrait à chaque pays de se développer du Congo. Moïse Tshombé avait d’ailleurs l’expérience. Cependant quoique l’idée sonnerait bonne, partir de l’expérience de quelques années de mise en pratique du modele Etat unitaire fortement décentralisé créerait une tendance soutenue selon laquelle le probleme de la RDC ne pas nécessairement sa superficie mais plutôt son mode de gouvernance qui fait preuve de manque de comptabilité du sommet a la base. Le processus de légitimation de ses dirigeants à tous les niveaux présente encore des defis multiples.

« Si par exemple l’on constituait le Congo en Etat du grand Kivu, l’Etat du grand Kasaï au Centre, un Etat de l’Ouest de la RDC, l’Etat du Katanga, l’Etat du Haut Congo et l’Etat du Congo Central. Ces 6 Etats pourront jouir de la compétence et de la liberté d’agir d’une manière autonome et que la défense nationale soit matière exclusive réservée à l’Etat National (Kinshasa). Les analyses qui démontrent que la décentralisation en quelque sorte la Balkanisation permettrait au Rwanda d’Annexer le Congo c’est une fausse observation et encore une idée biaisée. Dans un Etat Confédéré comme la Suisse, l’Allemagne, les Etats Unis d’Amérique, le development structurel et le développement humain sont une réalité    ont développé . Cela fait au Congo, permettrait à chaque Etat indépendant constituant les Etats Unis du Congo à développer ses propres relations avec les pays voisins d’une manière bénéfique, » recommande Luc Henkinbrank professeur de droit et originaire de la Belgique.

Cependant, il sied de noter que l’armée, la diplomatie, la territoriale et la monnaie sont des domaines centralisés car ils définissent l’essence même d’un Etat souverain. Toute violation de ces domaines peut être interprétée comme un abus au caractere unitaire et républicain de la RDC.

D’autres analystes avancent qu’il ne pas question de déchiqueter la RDC, , mais plutôt il faut réfléchir sur les mécanismes importants pour ramener Kinshasa à libérer les rétrocessions dues aux provinces. Par exemple, le renforcement de l’action parlementaire basée sur les ressorts sous-régionaux pouvait influencer la transparence dans la gestion des rétrocessions suite a une multitude des reformes technique de la rétrocession en RDC.

‘’ On ne peut pas faire le culte de la Balkanisation au Congo, celui qui procède ainsi va en dehors du droit. En droit international public, il n’ y a jamais eu une cessation ou balkanisation pacifique. C’est vrai on a eu de référendum plus ou moins apaisé comme au Québec, cependant dans certains pays développés, le séparatisme résulte toujours en conflit. C’est par exemple un pays développé comme la France est toujours en conflit avec l’Ecore. Vous avez vu récemment avec la Catalogne ou l’Espagne a fait arrêter tous les membres du gouvernement. La Balkanisation est hors la loi. On ne peut pas de manière régulière et légale proclamer la Balkanisation d’un Etat. Je sais qu’il ya des frustrations de tel ou tel groupe par rapport à la gestion du pays. Lumumba nous a légué un Etat uni et nous avons les devoir de le laisser à nos enfants. Tout ce que nous devons faire ce de forcer Kinshasa à rendre viable l’autonomie des provinces,’’ Interpelle Maître Arnold Nyaluma Professeur de Droit Public et Administratif.

Maître Arnold rappelle un autre  alternatif légal prévu par la constitution qu’est  la retenue de 40% des finances publiques à la source et le transfert  des  charges aux provinces afin de les permettre  de fonctionner normalement. Mais aussi il recommande de revenir sur la modification de la constitution intervenue en 2011 pour supprimer toute possibilité pour le chef de l’Etat de révoquer les gouverneurs et de suspendre les assemblées provinciales. A ceux-ci instituer l’élection des gouverneurs des provinces au suffrage universel directe augmenterait le degré de redevabilité des gouverneurs vis-à-vis des gouvernés et réduirait sensiblement la corruption et l’influence négative des hiérarchies politiques sur leurs députés provinciaux respectifs.

« C’est une entorse, un ministre des l’intérieur ne peut pas interdire aux assemblées de fonctionner. Il n’a aucune légitimité par rapport aux assemblées élues. Tout ce qui nous manque c’est la mise en application des nos textes et cela permettrait aux autorités provinciales de bénéficier de l’autonomie et particularités dans la gestion. Evidement l’autonomie n’est pas seulement la loi, réside dans les têtes. Il y a des hommes et des femmes esclaves nés qui partent s’agenouiller devant un ministre et devant même une autorité morale », regrette notre source.

Pour l’élu de Bukavu Homer Bulakali l’idée de balkaniser la RDC ne vient pas des Congolais mais plutôt des ennemis de la RDC qui ont l’intention de diviser le peuple pour mieux exploiter sa richesse et que ce complot est bel et bien en marche.

‘’J’ai commencé à me battre contre la Balkanisation depuis l’an 2007, mes premiers écris date de 2009 parlant d’un complot de Balkanisation. En regardant on se rend compte que ce complot est en route. Ceux qui veulent balkaniser le pays se préparent en conséquence et nous ne devons pas rester entrain de regarder et dénoncer seulement. Celui qui te veut du mal profile des stratégies et toi tu reste en disant je suis chez moi, tu risque de te retrouver débouter dehors. Depuis longtemps l’idée de balkanisation circulait mais comme la démocratie coulait dans le sang et que la population n’était pas prête à cette version on va la faire taire » rappelle Homer Bulakali Mwanawabene Député provincial du Sud-Kivu.

Pour notre source la souffrance serait l’une de méthode pour ramener le peuple à souscrire à l’idée de Balkanisation. La maltraitance des leaders de l’Est serait une stratégie meilleure pour susciter le peuple aux révoltes et cela créerait un clivage EST –OUEST pour faciliter les sécessions. Cependant ce regret serait ironique d’autant plus que la souffrance du peuple est l’émanation des mêmes institutions politiques qui se soucient peu du bien-être social du plus démuni en créant un environnement qui encourage l’injustice sociale, en pillant les ressources publiques et en acceptant de cautionner l’impunité pour les criminels économiques. Les mêmes instituions se refusent de travailler en faveurs de la diversification de l’économie nationale, minimisent le renforcement des infrastructures de transport et investissent de facon inadéquate dans la promotion des petites et moyennes entreprises. La régulation des institutions financières privées et publiques posent probleme également pendant que l’Etat hausse le prix des passeports et rend le transport aérien très luxueux même l’interne.

Pour Zihalirwa Muganda un psychologue Clinicien, diviser le Congo nous écarte de tous les mépris de Kinshasa et permettrait une émergence individuelle. Pour lui la ville province de Kinshasa est un Léviathan qui engloutit les provinces, d’où il faut la séparation totale pour tenter une nouvelle expérience.

Dans l’état actuel de la République Democratique du Congo, une bonne compréhension du defis principal au développement humain des Congolais l’emportera dans le choix du système politique efficace pour les besoins des congolais quotidien.  La sécurité des biens et des personnes étant prioritaire et capitale pour le development d’autres secteurs vitaux des Congolais , et étant l’apanage primaire du gouvernement central, la balkanisation ne pas une solution universelle aux problèmes des congolais , plutôt  l’amélioration de la qualité de l’internet et la réduction de son cout ;  les reformes visant le renforcement d’un état de droit, une gouvernance transparente des ressources publiques et une réforme patriotique du secteur de sécurité ciblant l’amélioration des conditions de travail des forces armées nationales et police restent incontournables même dans le système politique actuel.  Après la sécurité, le développement des infrastures de transport suivi de la diversification de l’économie nationale et un payement systématique des dettes étrangères suffiront pour réaliser une RDC forte et prospère. Une république sans planification stratifiée des priorités ni mécanismes d’analyse des facteurs favorables ou défavorables a une exécution efficace du budget national risque d’identifier un faux probleme qui n’aura que le mérite de recourir a une fausse solution.

× Contactez l'équipe de deboutrdc.net