+243 859 360 592 info@deboutrdc.net
EnvironnementPolitique

Bukavu : Le maire n’a pas d’argents pour rendre la ville propre

274views

Dans une tribune d’expression populaire initiée par l’Institut Français, Hall de Bukavu, le maire de Bukavu, Bilubi Ulengabo affirme être incapable rendre la ville propre suite au budget alloué à son institution. Pour lui, la mairie perçoit une somme de 5 millions de dollars. Un montant insignifiant pour sécuriser et rendre propre la ville. Il l’a dit le Jeudi 06 Février à Bukavu.

Pour le recteur de l’Université Evangélique en Afrique UEA, qui a pris part à ces échanges, on ne peut pas prétendre réussir la gestion de déchets dans la ville sans avoir un plan. Selon lui, il faut développer un meilleur système de collecte de déchets, stockage, triage et enfin parvenir à l’évacuation.

‘’ Nous pensons que il est possible de rendre la ville propre si réellement il y a la volonté engagée de tous les acteurs impliqués à tous les niveaux. D’un côté la population qui doit être éduquée sur la façon de gérer leurs déchets ménagers. De l’autre côté l’autorité qui doit réglementer la gestion de déchets dans la ville bien évidement en exploitant les textes réglementaires portant gestion de déchets. Cette dernière ne reste pas sans conséquence puisqu’il faut y mettre d’importants moyens.

Le prof Gustave Mushagalusa, a profité de l’occasion pour expliquer les différentes sortes de déchets

 « Il y a trois sortes des déchets : déchets solides, liquides et gazeux et chaque sorte devrait avoir son propre moyen d’évacuation. 80% de déchets dans la ville de Bukavu sont des déchets Humides et solides, et qui demandent des moyens colossaux pour leur évacuation. Il faut plusieurs stratégies pour que la ville de Bukavu redevienne une ville au même niveau que d’autres. Il faut la raser et la reconstruire, mettre des canalisations et on met la population sur un plateau. Ceci implique de moyens non négligeables. L’approche participative serait meilleure pour responsabiliser tout le monde’’, déclare le prof. Gustave Mushagalusa recteur de l’UEA.

Le deuxième paneliste a axé son exposé sur la question responsabilité, pour prétendre répondre à la question de l’insalubrité.

« J’ai sensibilisé la population au changement et l’autorité doit nous aider à aller vers ce changement. Le maire nous à présenter les contraintes auxquelles il fait face mais qu’à cela ne tienne il doit nous convaincre. Je dois changer et toi aussi tu dois changer, je sens la responsabilité de faire mieux pour mon environnement que cela soit pareil pour toi.’’  Conscientise Narcisse Bisimwa.

L’insalubrité fait rage et ne fait dérogation à personne, elle ravage tout à son passage. Elle pollue l’environnement et détruit les écosystèmes du Lac Kivu. Josaphate Mwenda Mbiyo écologiste de son état recommande à tout le monde de garder ses déchets chez lui. Notre source déplore les méfaits de l’agence de transport des immondices ‘’rivière Kahuwa’’ qui charrie toutes sorte des déchets solides dans le lac au risque de tuer tous les alevins sur le littoral du lac.

 Dans son intervention, le maire de Buakavu, reconnait la responsabilité de tous. Il fustige le fait que le budget alloué à la mairie est modique. Il veut plus pour plus de resultat.

« Les attentes de la population sont énormes, mais les moyens pour la réalisation causent problème suite au mauvais système de notre politique. Nous avons deux grands défis à relever, l’insalubrité et l’insécurité. Avec un budget de 5 millions de dollars alloués à la mairie c’est vraiment impossible. La question de rétrocession nationale et provinciale c’est une histoire oubliée pourtant un droit de la mairie pour son bon fonctionnement », renseigne Bilubi Meshack Maire de Bukavu.

Le numéro un de l’hôtel de ville tend se mains aux médias pour l’éducation de masse afin de ramener les gens à s’abonner aux maisons d’évacuation des déchets.Il interpelle tous les habitants à prendre à cœur toutes leur responsabilité.  

Rappelons que certains mouvements citoyens, la société civile s’insurgent contre la mauvaise gestion de l’autorité urbaine et exigent  sa démission.

Patrick Babwine

 

 

 

 

Leave a Response