+243 859 360 592 info@deboutrdc.net
Politique

RDC : Vital kamerhe plus absent dans le discours du chef de l’Etat

352views

La communication du chef de l’Etat Félix Antoine Tshisekedi, donne l’impression de n’avoir pas reçu des messagers de l’UNC pour exiger la libération de leur leader.  Pourtant plusieurs observateurs auraient jugé d’historique et humaine ladite communication.

Il vous souviendra que la délégation de l’UNC conduit par son secrétaire général Aimé Boji Sangara, reçu en orphelin par le chef de l’Etat dans le cadre de consultation, a décidé de ne rien dévoiler à la presse au sortir de l’audience présidentielle.  Néanmoins ils ont rassuré avoir évoqué presque toutes les questions importantes ainsi qu’allusion faite à Vital Kamerhe.

’Nous ne pouvons pas communiquer devant la presse le contenu de notre entretien avec le chef de l’Etat. Nous avons échangé avec le Chef de l’Etat dans un climat serein, convivial puisque nous sommes de la même famille politique et notre échange a été fructueux. Nous avons évoqué les questions importantes, je pense que nous devons prendre notre mal en patience, jusqu’à ce que le Chef de l’Etat parle aux Congolais. Celui qui doit avoir la primeur de ce que les Congolais lui ont dit dans ces consultation’’ avec confirmé Aimé Boji à nos confrères d’election.net.

Plusieurs militants de l’Union Nationale pour le Congo affichent leurs indifférences vis-à-vis du discours de Félix Tshisekedi et se disent trop déçus.

‘’ Tout congolais comprend maintenant que Kamerhe était la proie de Félix et que l’on voudrait s’en débarrasser,’’ regrette un militant découragé.

Dans son discours le numéro un de la nation, n’a pas fait allusion à la situation sanitaire et dégradante de son allié qui serait entre ses derniers jours et nécessite une évacuation à l’étranger pour des soins appropriés.  La question reste de savoir si de toutes les préoccupations qu’a énuméré le président en disant ‘’vous m’aviez dit…’’ personne lui aurait parlé de la situation de son directeur de cabinet ? La rupture de l’alliance entre FCC-CACH impliquerait aussi la chute des accords UDPS-UNC ? Tous ces questionnements divisent l’opinion et prouvent à suffisance que l’accord de Nairobi ne tient qu’à un coudé d’autant plus que celui qui connaît les tenants et les aboutissants se trouve mis à côté.

L’UNC se remet à l’appréciation des mouvements citoyens et appelle ses militants à solidariser pour exiger la relaxation pure et simple de Kamerhe car son dossier demeure jusque-là vide dit-il.

Patrick Babwine