+243 859 360 592 info@deboutrdc.net
DDH et JournalisteEnvironnementPolitique

SUD-KIVU : Covid-19, projet d’agro-alimentaire une seule voie de sortie dans le territoire de Kabare

372views

La crise financière fait rage dans les milieux ruraux suite au manque criant de moyens capable de leur assurer la survie.  Les organisations humanitaires et associations de développement n’interviennent presque plus dans certaines activités. Coronavirus, une pandémie plus dangereuse qui du moins est venue affectée l’économie de tous les ménages dans cette partie de la province déstabilise les familles. La population interpelle les autorités à tous les niveaux de leur venir en aide afin de développer le secteur agricole qui demeure d’ailleurs le seul et unique moyen avec lequel elle a pu résister. Néanmoins cette dernière demande l’intervention des organisations œuvrant dans les projets à impact rapide de se souvenir de ce territoire affecté par la crise alimentaire.

Les femmes vivant en milieu rural et membre d’une association de développement ACLUP, sentent déjà le poids de la vie qui pèse beaucoup plus sur leurs épaules d’autant plus que leurs maris n’exercent aucune autre activité. Elles lancent un SOS en demandant l’implication des dirigeants pour leur venir en aide en leur soit octroyant de la semence.

‘’ Nous ne faisons aucune autre activité pour sur vivre à part l’agriculture. Vous avez constaté vous-même la perturbation de la vie, tantôt on nous interdit de descendre en ville, tantôt nous sommes tous confinés à la maison et cela impacte négativement sur notre économie. Si nous tenons encore c’est grâce aux petites activités champêtres que nous exerçons qui du reste ne sont pas aussi trop rentable. Nos champs ne produisent presque plus normalement, nous ne savons pas où se trouverait le réel problème. Il nous faut de l’engrais pour rajeunir notre sol, mais aussi le médicament pour soigner nos plantes,’’ renseigne Adolphine m’Bujiriri cultivatrice et membre de l’Association Chrétienne pour la Lutte contre la Pauvreté vivant dans le groupement de KAGABI

Notre source lance un cri d’alarme auprès de tous les bienfaiteurs de leur venir en aide soit en leur offrant de nouvelles semences, mais aussi en le soutenant dans la formation agricole au travers de leur association qui implémente le domaine agricole. Ceci pourrait leur permettre de tenir devant cette horrible maladie Covid-19 et soutenir leurs ménages sans faille. Elle demande également que le secteur d’élevage soit également retouché, car l’agriculture va de paire avec l’élevage.

Contacté l’envoyé du chef du village de Kakoma, Cirimwami Mpova VI, recommande aux  autorités de la chefferie, du groupement, du territoire ainsi que le gouverneur au travers son ministère de l’agriculture de s’investir dans le secteur d’agriculture surtout vivrière pour lutter contre la famine et la malnutrition dans la province et particulièrement dans Kabare.

’En relevant le secteur agricole l’on peut rendre la province beaucoup plus indépendante, car l’agriculture et l’élevage est et demeure le socle du développement. Faire du Kabare un grenier agricole de la province nous évitera la calamité. Nous demandons aux dirigeants d’abord d’intensifier la sécurité, car l’insécurité bloque le développement de certains projets et par moment les gens seront incapables de récolter. Nous nous rappelons de la situation macabre l’or de la présence de la 14 e Brigade qui nous avait appauvris. Nous cultivions eux venait récolter et tuer qui pouvait réclamer, mais présentement tout est calme pas de problèmes. Nous tendons nos mains au prêt des hommes de bonne volonté et leur demandons de nous venir en aide,’’ sollicite Aloys Rudahindwa séc du village Kakoma dans le groupement de Cirunga à Kabare.

La coordination de l’association Chrétienne pour la Lutte Contre la Pauvreté, ACLUP au travers son directeur Administratif et Financier Paulin Murhimanya a rassuré à la population de Kabare son accompagnement à la mesure du possible et lui promet de toquer sur toute porte afin de chercher une solution au besoin de la population.

Rappelons que cette association qui aurait pour mission, la lutte contre la pauvreté, au-delà de l’agriculture œuvre également dans plusieurs autres secteurs comme l’élevage, le microcrédits, la santé, l’Education et apprentissage de métier. C’est juste pour rendre autonome la femme et le jeune vivant en milieu rural.

Patrick Babwine