+243 859 360 592 info@deboutrdc.net
PolitiqueSport

SUD-KIVU : les députés se tapent 300 mille dollars et ignorent d’autres agents de l’Assemblée

288views

La situation risque de dégénérer  à l’assemblée provinciale du Sud-Kivu. Pour cause, les élus du peuple veulent se partager un montant de 300 mille dollars, une dotation mensuelle du gouvernement provincial et oublier les agents et cadres de l’assemblée. Ces derniers refusent  de prendre les miettes. Ils fustigent aussi le fait que les matières relatives aux finances sont traitées à huis clos sans associer les agents habilités.

Si on analyse les chiffres tels que reçus de l’Assemblée Provinciale du Sud-Kivu, les quarante-huit députés  vont se taper 246 Mille dollars soit 82% du montant reçu de l’exécutif provincial. Les 205 agents et cadres politiques et administratifs et d’appoint vont se contenter de la différence sans oublier les frais de fonctionnement.

Ces agents plaident pour la prise en compte de leur situation sociale dans la clé de répartition élaborée par les membres de la plénière de cette institution sur les frais lui dotés mensuellement par le gouvernement provincial.

Dans un entretien avec deboutrdc.info, certains agents qui ont requis l’anonymat indiquent que sur la dotation de 300 mille dollars que le gouvernement provincial donne à l’Assemblée Provinciale chaque mois, tous les avantages sont réservés aux seuls députés provinciaux au détriment des agents.

Des sources à l’Assemblée Provinciale précisent que plus de 80 pour cent de cette somme a été affecté aux émoluments des députés provinciaux mais seulement moins de 10 pour cent pour les 205 agents actifs et le fonctionnement de cette institution.

Des agents administratifs, cadres politiques et personnel d’appoint de l’Assemblée Provinciale estiment que le montant qui est affecté à leur paiement et au fonctionnement de cette institution est insuffisant et la situation sociale de leurs familles ne sera pas  améliorée.

Ils dénoncent par ailleurs le fait que, depuis l’avènement de la nouvelle législature, plusieurs matières concernant les finances et la gestion de l’Assemblée provinciale sont traitées à huis clos sans la participation du public et moins encore des agents qui font le rapportage des plénières.

Ces agents estiment que cette façon de conduire les débats prouve que la gestion de l’Assemblée Provinciale du Sud-Kivu est en train de tendre vers l’opacité pourtant les nouveaux députés ont été élus avec un espoir de changement différemment à l’ancienne législature.

Ils appellent le Président du bureau permanent à rectifier les tirs et à prendre en compte la situation des agents car, précisent ces agents, ils sont les premiers électeurs et leur situation devrait les interpeller.

Si rien n’est fait dans l’urgence et si les pourparlers qui sont en cours n’aboutissent pas, ces agents menacent d’organiser des actions afin de contraindre le bureau à céder et prendre en considération leurs revendications.

Contacté, le rapporteur de l’organe délibérant du Sud-Kivu Amani Kamanda Jacques s’indigne de voir que ces agents distillent des rumeurs qui n’ont aucun fondement. Pour lui en cas de problèmes entre un employé et son employeur, les voix de sortie son bien connues.

« Ce sont des rumeurs, des spéculations. Où ont-ils tiré ces fausses informations ? S’ils ont des réclamations à faire, qu’ils écrivent  une lettre au bureau. Si un agent a un problème avec son employeur, il saisit  son chef. Nous attendons qu’ils envoient au bureau leur document officiel dans lequel ils expliquent cette question de 300 mille dollars. D’ailleurs ce montant c’est une prévision budgétaire. S’ils ont des réclamations à faire, les portes du bureau sont ouvertes », rassure Kamanda Jacques.

Leave a Response