+243 859 360 592 info@deboutrdc.net
PolitiqueSanté

SUD-KIVU : Manque des statistiques, un défi majeur   pour stabiliser des entités

381views

La situation sécuritaire sur toute l’étendue de la province et pourquoi pas de la république demeure beaucoup plus préoccupante et est tellement poignante. Les autorités politico administratives s’occupent moins de la sécurité de leurs nation. Un Etat incapable d’assurer la sécurité à ses administrés est sensé vouer à la disparation.  Plusieurs observateurs proposent le dénombrement minutieux de la population pour mieux étoffer la statistique de la population à tous les niveaux. Et cela au niveau des avenues, des quartiers, dans des communes, des villes et on peut  remonter plus loin au niveau provincial et national même. 

 La commune de Bagira par l’entremise de son nouveau bourgmestre Patience fait les premiers pas en se  lançant dans la restauration de  la tranquillité dans son entité. Bengehya décide de matérialiser les promesses faites à ses administrés le jour de son investiture en identifiant et démolissant les maisons de fabrications de boissons fortement alcoolisées.

Certains acteurs de la société civile pensent que pour juguler la question de la sécurité, l’on devrait s’atteler sur certains aspects plus importants. Mais également faire allusions à la responsabilité des uns et des autres ne pas seulement voir l’aspect politique.

« Pour répondre à la question de l’insécurité dans nos milieux, il y a des aspects avec les quels l’on ne peut pas jouer. Nous demandons par exemple aux cadres de bases de maintenir les statistiques démographiques des gens qui vivent dans des milieux sous leur juridiction. Je vais encore vous rappeler qu’à l’époque de Mze Laurent Désiré, il avait même instauré les Nyumba Kumi et il y avait de Forum entre population Civile et les militaires. Autrement dit chaque semaine l’on pouvait organiser de forum de sécurité civile-militaire dans chaque quartier. Et là on demandait à chaque responsable des 10 ménages de bien maitriser les nombre de personnes qu’il est entrain d’administrer. Dans chaque ménage les gens doivent savoir s’il y a un nouveau venu, et quelle est sa mission et sa provenance, » recommande Luc Murhambo un cadre de la société civile.

A notre source de regretter le plan machiavel instauré juste pour exterminer la  population juvénile.

« Là où  le M23, le CNDP et les groupes armés ont échoué ; l’ont a crée des groupe armé de manière scientifique. Les criminels sont crées aussi de manière scientifique en livrant la jeunesse aux boissons frelatées. Aussi longtemps que cette jeunesse abandonnée à son triste sort va se livrer à la consommation de cette boisson frelatée, physiquement on aura des humains, mais intérieurement ces sont de coquilles vide que l’on a. D’où maintenant la dynamique des boissons fortement alcoolisée que vous rencontrez partout. Et ces producteurs certain possèdent la licence d’exploitation délivrée par les autorités congolaises La crainte demeure de voir que dans moins de 20 ans l’on puisque se retrouver sans jeune car la où la balle a raté la boisson frelatée ne ratera pas’’ déplore notre source.

Bengehya dans sa commune rassure combattre sans aucune influence ce produit et mettre la jeunesse hors d’état de nuire.

‘’ J’ai promis que je m’attèlerai  à combattre les boissons fortement alcoolisées quoi que l’on dise moi je me dirige vers le cap. Le cap c’est le développement de la commune, c’est la lutte contre l’insécurité, c’est le démentiellement des maisons de fabrication de boissons fortement alcoolisées, c’est la restauration de la cohésion sociale de la commune de Bagira. Je sais qu’il y a des avancées, n’en déplaise pour ceux qui voient tout en noir. Je venais de celer une maison de fabrication des boissons alcoolisées et démolir une autre construite sur le tuyau de la Regideso. Je suis conscient du fait que j’avance dans mes réalisations et je n’ai pas à repondre aux personnes de mauvaises volontés » rassure le bourgmestre de Bagira Patience Byengeha.

Une interpellation serait orientée du coté de la population pour qu’elle ait un sens d’amour et du patriotisme afin de booster le développement du pays .

Patrick Babwine

LIRE: BUKUVU : 2 mois après son investiture, Bengehya ne rassure pas encore ses administrés.