+243 859 360 592 info@deboutrdc.net
Politique

SUD KIVU : UOB, le comité de gestion accusé de détournement (comité syndical)

687views

Accusé d’être impliqué dans la malversation financière et détournement de l’argent de l’Université Officielle de Bukavu, le recteur Muhigwa réfute toutes ses allégations et pense qu’il n’a rien à dire aux médias. La délégation syndicale de l’université officielle de Bukavu dénonce avec amertume la mauvaise gestion chronique observée au sein de cette institution de l’Etat. Ces derniers s’attaquent à leur comité de gestion avec en grande partie une forte participation du recteur dans ce complot malsain. Une situation qui par contre déshonorerait totalement cette université officielle.

Dans une lettre adressée au recteur de cette université, la délégation syndicale évoque une question de mauvaise gestion et en s’appuyant sur plusieurs points. Dans leur correspondance, ils accusent l’incapacité de leur comité de gestion.

« L’incapacité de ce comité de gestion peut être résumée sous les aspects financier, administratif, investissement, cohésion sociale. » peut-on lire dans une lettre de dénonciation  du comité syndical de l’UOB.

Au cours de ses deux années académiques en exécution, les dépenses seraient revues en hausse par rapport aux années passées cependant il n’y a aucune raison valable pour justifier cette situation de surcroît, le recteur serait plongé dans un probable détournement.

 « Au cours de l’évaluation de l’exécution du budget pour l’exercice 2018_2019, il a été constaté un déficit de plus de 250000 dollars. Les raisons invoquées semblent moins convaincantes étant donné qu’en plus de la prime locale, toutes lignes budgétaires ont connu un dépassement inexpliqué. Comme si cela ne suffisait pas, les prévisions de l’année 2019_2020 enregistrent un déficit de plus de 300000 dollars. En conséquence, l’Université Officielle devra être débitrice d’un montant de 550000 dollars. Cette situation nécessite des interrogations sur la transparence et n’épargne pas toute présomption d’un détournement des fonds de l’université,» confirme le comité syndical dans leur correspondance.

Au-delà du détournement, ce même comité de gestion incluant le recteur serait impliqué dans la mauvaise gestion de l’institution qui s’expliquerait par un certain manque d’autorité dans la prise des décisions d’où un phénomène de dilettantisme administratif visible dans son système, mais aussi le tribalisme ferait une autre forme de l’incompétence dans ce comité de gestion.

 «Au début de l’année en cours, votre comité de gestion a recruté 45 agents dans le PATO sur le fond de clientélisme et colinisme. Les membres du comité de gestion et certains agents de la cour rectorale ont trouvé l’occasion de donner du travail aux chômeurs de leurs familles sans respect des procédures et sans observance des besoins réels de l’université. Pourtant les facultés connaissent un déficit criant en personnel scientifique et académique. Les dossiers proposés ont été écartés au profit des familiers moins instruits. Ce recrutement anarchique plonge l’université dans un déficit criant en entraînant une augmentation mensuelle des charges du personnel à hauteur de 10%,» regrettent les auteurs de cette lettre de dénonciation.

La vente des biens de l’institution sans la participation des membres de la délégation syndicale serait une autre forme d’accusation portée contre le recteur, qui selon certaines sources, il aurait contribué dans la vente d’un groupe électrogène qui appartenait à l’institution et serait l’un des biens perçus des donateurs. Dans cette même optique, la fiabilité n’est plus un mode au sein de l’Université Officielle de Bukavu parce que les décisions sont prises dans des débits des boissons sur base des rumeurs et des informations qui n’ont aucun trait à la vérité.

Contacté à ce sujet, le recteur de cette institution Jean-Berckmans Muhigwa Bahananga, affirme qu’il ne peut pas jouer le porte-parole des personnes qui auraient rédigé la lettre. Il demande aux signataires de cette correspondance de passer aux médias et de dénoncer car, selon lui, il aurait déjà répondu à son ministre de tutelle de l’enseignement supérieur. Malgré cela, la délégation syndicale n’accepte pas avoir été au courant de sa réponse et n’affiche aucune satisfaction.

Signalons que le comité syndical exige une enquête sérieuse et exige que les responsabilités soient établies. Ce dernier s’inquiète de la mauvaise gestion et demande le départ du recteur et son comité de gestion.

Vous aimez nos contenus?

Deboutrdc.net met tout son cœur pour réaliser des contenus interactifs et immersifs que vous pouvez retrouver sur tous vos supports. Journalistes, photographes, graphistes et développeurs collaborent étroitement pendant plusieurs jours ou semaines pour vous proposer des interviews et des analyses qui répondent à une grande exigence éditoriale. Leur réalisation prend du temps et des ressources considérables. Nous sommes cependant persuadés que ces investissements en valent la peine et avons fait le choix de laisser ces contenus en libre accès et dépourvus de publicité. Un choix rendu possible par ceux qui croient en l'indepenance de notre média. Pour continuer à travailler en totale indépendance éditoriale et produire des contenus interactifs, deboutrdc.net compte sur vous. Si vous souhaitez nous soutenir, veuillez nous écrire à

directeur@deboutrdc.net ou via WhatsApp à +243 854566913

.

'
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial
LinkedIn
Share
WeChat
WhatsApp