+243 859 360 592 info@deboutrdc.net
Politique

RDC: Union sacrée, fin ou métamorphose du kabilisme?

496views

Le président de la RD Congo Félix Tshisekedi Tshilombo a franchi le cap et contrôle toutes les institutions du pays après avoir démystifié le génie mouvement FCC savamment instauré pour fléchir le pays. Alors que lors de son passage aux USA le chef de l’Etat avait prônait le déboulonnage du système politique et effectivement son plan semble marché d’autant plus que la constitution du gouvernement est vouée au changement.

La population attend voir le génie créateur du Chef de l’Etat pour améliorer le social, restaurer la stabilité dans des zones à turbulence due aux conflits des groupes armés étrangers et locaux, avoir un regard tourné vers le secteur éducatif et plein d’autres indicateurs d’un déboulonnage effectif. Certains analystes pensent que le déboulonnage préconisé par le chef de l’Etat ne sera existant que s’il prend en compte tous les indices révélateurs à tous les niveaux du pays. D’autres observateurs voient le prochain éclatement de cette union sacrée suite aux frustrations de certains politiciens qui ont rejoint le navire à la recherche de leurs intérêts mesquins.

Lire aussi: Union sacrée en RDC : pourquoi Tshisekedi, Bemba et Katumbi ne parviennent pas à trouver un accord

Ayant déjà constitué sa majorité au sein des deux chambres, rien n’empêche au président d’exécuter le programme. Vous vous rappellerez que dans tous ses discours, Félix faisait porter le chapeau de ses échecs à la coalition. Enfin les carottes sont cuites ; tout est enfin prêt pour lancer la reconstruction nationale et pratiquer la bonne politique dans la gouvernance de la nation. D’aucun pense que déboulonner le système ne suffit pas, mais et surtout identifier et traquer ceux-là qui auraient plongé le pays dans un chaos sans précédent et ont endeuillé les congolais qui intéresse plus.

Pour le professeur Arnold Nyaluma l’heure n’est plus au discours, ni aux fanfaronnades mais plutôt se mettre au travail et prouver aux yeux de tout le monde qu’il était réellement bloqué par la coalition. Sinon dans peu de temps il sera évaluer et directement on saura si c’est de l’incompétence, mauvaise volonté ou bien lui donner un autre qualificatif

«La question du déboulonnage du système politique est complexe. On peut d’abord s’interroger sur la nécessité du déboulonnage. Je crois que l’agissement qui fait l’unanimité est que la mariage FCC-CACH est contre-productif parce que les élections de 2018 avaient effectivement  comme objectif de mettre fin à l’ancien régime, pas parce que les hommes et les femmes qui le composaient ne plaisaient pas, mais ça signifiait mettre fin à la corruption, mettre fin à la répression et violences des manifestations publiques, mettre fin à la présence des fonctionnaires impayés, bref les gens voulaient un changement dans leur vécu quotidien et on a vu que le mélange et montage politique qui avait été effectué avait plutôt repris tous ceux-là qui avaient assez lancer le système, » fait savoir Arnold Nyaluma.

Le pire peut s’annoncer à n’importe quel moment du changement. Cependant au début tout semble intéresser l’opinion, mais le silence du côté du FCC ne serait pas révélateur d’une quelconque revanche pré-planifiée. Kingakati ne serait pas devenu un centre de gravité ou tout serait en  train de se préparer ? L’analyse revient sur le régime des prédécesseurs au pouvoir en RDC. Plusieurs ont rejoint l’union sacrée pas parce qu’ils aiment la nation, mais puisque on leur avait promis ce que Kabila n’a plus à offrir. Dans peu de temps ce groupe se dissoudra et chacun finira par retrouver le chemin.

« Maintenant la grande question qu’on devrait se poser serait que Kingakati n’est plus aujourd’hui le centre de réparation, mais est-ce que l’on peut considérer effectivement que le système Kabila est totalement éradiqué ? Ce n’est pas évident parce que lorsque Mobutu est parti et que Kabila le père est arrivé nous disions peu importe celui qui arrive pourvu qu’il y ait un changement, en fait il n’y avait pas eu changement du système seulement des acteurs qui sont partis et à la manette certainement on avait encore les Etats-Unis, »

Les USA, tiennent-ils toujours une manette en RDC ?

Loin l’idée de vilipender la présence des Etats-Unis dans la prise des décisions dans plusieurs pays en Afrique, la seule image qu’ils donnent n’est autre que protéger leurs intérêts. D’ores et déjà en RD Congo, depuis les anciens régimes les USA se fichent complètement de ce que peuvent être la paix et la sécurité au Congo     

 « Ici aussi on a vu que les USA s’était investis d’abord dans Lamuka après tout ce qu’il y a eu comme accords de Nairobi, ils ont compris qu’ils ne pouvaient plus quand-même s’appuyer sur le FCC et ils ont pratiquement aujourd’hui colporté Felix Tshisekedi et toute l’équipe qui était à Genève sauf Fayulu qui continu à résister. Or chaque fois dans notre histoire que vous avez les USA comme pilote ce n’est pas pour l’intérêt des congolais la preuve c’est que Mobutu a été protégé pendant 32 ans après l’assassinat de Lumumba, Kabila a été protégé pendant 18 ans après l’assassinat de mzee et j’ai peur que l’on puisse encore reproduire le même scénario ; »

Sur le même sujet:  Union Sacrée : Félix Tshisekedi tiendrait déjà son Premier ministre

Adjoignant son idée,  « la première crainte est que l’on soit en présence d’une classe politique qui se retrouve dans des enjeux qu’elle-même ne maîtrise pas. Ils peuvent même être de bonne foi mais sans comprendre qu’ils jouent à la fois les intérêts des Etats-Unis et de plusieurs firmes commerciales. Vous ne pouvez pas m’expliquer que pendant que l’on est en train d’égorger les gens à Beni et que l’on commence à y produire du cacao, c’est inadmissible ; »

L’union sacrée, une question d’un deuxième accord

On peut également craindre qu’il y a eu seulement un changement, mais avec le même système et les mêmes antivaleurs. Une autre hypothèse qui ne parait pas vraisemblable à ce stade, c’est de dire qu’effectivement il y a eu rupture c’est-à-dire qu’il y a une volonté réelle du chef de l’Etat de changer, et ça on va observer, mais pas présentement.

« Le deuxième scenario c’est un deal tendant vers un deuxième accord FCC-CACH puisque on a entendu à un moment donné Joseph Kabila dire qu’il lui manquait 15 hommes. A ses 16 ans de pouvoir il disait ce qui m’a manqué c’est de changer l’homme congolais puisque l’homme congolais est resté zaïrois, peut-être qu’il a senti qu’autour de lui graviter des gens qui n’avaient que des intérêts personnels. Encore, c’est peut être un nouvel arrangement que les gens du FCC ont compris assez vite et tous ont fait la mutation alors finalement on se demande quelle est la différence entre l’union sacrée et l’accord de FCC/CACH parce que c’est pratiquement les mêmes acteurs qu’on trouve à gauche et à droite comme ceux-là qu’on a trouvé sous l’AFDL et le MPR, »

Le déboulonnage, un regard sur le rapport mapping et la corruption

Toujours des crimes contre l’humanité sont perpétrés en République Démocratique du Congo, de l’évasion fiscale et la corruption font la une du vécu quotidien des peuples congolais. Les politiques responsables de tous ces actes de barbarie doivent assumer par le biais d’un jugement équitable et sur mesure.

« Un troisième élément est la lutte contre l’impunité. De manière claire on va voir si le chef de l’Etat va s’occuper du rapport mapping ce qui veut dire écrire au conseil de sécurité pour que ceux-là dont les noms sont cités puissent éventuellement être poursuivis par un tribunal spécial ou par des chambres mixtes qui sont créées pour la circonstance, »

D’ajouter,

«On va également l’observer par rapport aux sanctions économiques imposées à certaines autorités congolaises puis qu’il y en a celles qui ont été sanctionnées pour cause de corruption, pour violations des droits humains mais il y a jamais eu des sanctions à l’interne. C’était normal parce que c’étaient les mêmes, ils ne pouvaient pas se sanctionner. Maintenant on va l’observer quel sera son courage. On va voir aussi en termes des pratiques qu’est-ce qui change puisqu’aujourd’hui les hommes politiques sont opérateurs économiques, commissionnaires, promoteurs d’écoles et tous ses enfants sont payés alors qu’ils ne travaillent pas. C’est pour autant voir si la prédation et la corruption vont disparaître, »

Ça fait du bien de voir que tous ceux qui ont martyrisé les congolais il y a 18ans ne dirigent plus. Tout cela est observable sur base de certains indicateurs entre autres le profil des nouveaux animateurs. Malheureusement, la crainte majeure est l’organisation des élections locales,  chose qui semble non-rassurante vue la manière dont les élections se sont déroulés au niveau de l’assemblée nationale d’autant plus que les méthodes utilisées à l’époque du FCC sont les mêmes à l’époque de Felix.

Si réellement le chef de l’Etat a envie de déboulonner un système qui n’a pas marché ce n’est pas seulement avec les ministres, mais c’est jusqu’à la base. Une hiérarchie sans bases solides n’aura aucun sens car changer au sommet rester avec les mêmes pratiques c’est faire un cercle vicieux d’un régime d’il y a 18 ans au régime actuel.

 

Hortense Zabona

Leave a Response